Samu : les assistants de régulation en grève dans près des trois quarts du territoire

17/08/2023 Par Marion Jort
Urgences
Médecins absents, urgences "régulées"... "épuisés" par un fort surcroît d'activité, les assistants de régulation médicale sont en grève dans 69 des 100 "centres 15" départementaux, réclamant revalorisations salariales et embauches selon leur association nationale Afarm.
 

En ce mois d’août, 9 des 100 "centres 15" départementaux sont en grève. Cette mobilisation illimitée, entamée le 3 juillet, se voit peu car les ARM grévistes sont, comme beaucoup de soignants, "généralement assignés par l'administration, et donc à leur poste", sans perte de salaire, a précisé Yann Rouet, co-président de l’Association française des assistants de régulation médicale (Afarm). La grève n'a ainsi "aucun impact sur la qualité de réponse pour les Français", a-t-il également assuré.  Alors qu'au cœur de l'été, de nombreux hôpitaux doivent restreindre l'accès aux urgences faute de soignants, "cela engendre forcément une activité supplémentaire", de l'ordre "de 30%, comme l'été dernier" pour les ARM, en particulier dans les zones touristiques, détaille le co-président de l’Afarm. “Sur le terrain, c'est compliqué, on a le même temps pour gérer un appel", "pas toujours de solution à apporter" aux appelants. Les agents sont "fatigués, épuisés, certains sont clairement à bout", poursuit cet ARM des  Côtes d'Armor. "On réclame une reconnaissance de la pénibilité actuelle" soit une prime mensuelle de 100 euros, et des précisions sur les nouvelles grilles promises, a-t-il ajouté. 

L'Afarm demande aussi des embauches, alors qu'il manque selon elle "environ 800 ARM" en France pour répondre aux besoins et que le Gouvernement entend généraliser d'ici la fin de l'année le Service d'accès aux soins (SAS). "Les ARM c'est le cœur, c'est la rotule de notre système de régulation."  “Ils ont une fonction particulière qui, en quelques années, a pris beaucoup d'ampleur, qui en a pris encore plus depuis l'an dernier et le fait qu'on incite beaucoup les Français à passer par le 15", a déclaré de son côté Aurélien Rousseau en déplacement à Toulouse, qui a par ailleurs reconnu “qu’une “partie” de leurs revendications sont “légitimes” et a promis d’y travailler “dans les toutes prochaines semaines”. Le ministre a aussi souligné la "qualité" du travail de ces agents. "Il faut reconnaître cette qualité à sa juste valeur", a-t-il notamment déclaré au délégué de l'Afarm à Toulouse, Lilian Gelbart Carrasco.    [avec AFP] 

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17