Cette étude qui révèle des "disparités préoccupantes" dans l'activité hospitalière

18/03/2024 Par C.S.
D'après un premier baromètre de la Fédération hospitalière de France (FHF), les hôpitaux ont globalement retrouvé en 2023 un niveau d'activité similaire à celui observé en 2019. Quatre ans après le début de la crise sanitaire du Covid-19, des "disparités préoccupantes" sont toutefois observées selon les secteurs. "Nous sommes inquiets", a indiqué le président de la FHF, Arnaud Robinet.  

    

L'activité hospitalière a redémarré en 2023, mais insuffisamment pour les soins les plus lourds, et une grave "dette de santé publique persiste". En effet, quelque 3,5 millions de séjours hospitaliers n'ont pas pu être réalisés depuis l'épidémie de Covid-19, selon une nouvelle étude de la Fédération hospitalière de France (FHF).  

D'après ce "premier baromètre" de la FHF, publié ce lundi 18 mars, qui s'appuie sur des données nationales concernant public et privé, le niveau d'activité des établissements de santé a globalement retrouvé en 2023 le niveau observé en 2019. Derrière cette reprise, "se cachent [toutefois] des disparités préoccupantes qui devraient interroger les pouvoirs publics", a lancé lors d'une conférence de presse le président de la FHF, Arnaud Robinet.  

"Nous sommes inquiets", car les chirurgies lourdes, les greffes et les activités de médecine les plus complexes - majoritairement assumées par le secteur public - "sont bien en deçà du niveau attendu", a-t-il indiqué. En médecine, la FHF observe un "sous-recours" par rapport à l'activité de 2019 sur les prises en charge digestives (-11%), la cardiologie (-13%), le système nerveux (-11%) ou la rhumatologie (-12%). Ce "sous-recours" se concentre quasi exclusivement sur les patients de plus de 45 ans, selon ce baromètre, réalisé en partenariat avec Radio France. "Cela implique des risques" pour les patients, notamment de "retards pris sur la détection de certains cancers", a précisé Arnaud Robinet, cité par l'AFP.  

Les endoscopies digestives de diagnostic ont ainsi "nettement chuté" en 2020, et insuffisamment redémarré, ce qui pourrait, d'après la FHF, expliquer le nombre moins important qu'attendu de "chirurgies digestives majeures" (-7% par rapport au niveau attendu), pratiquées pour beaucoup en cas de cancer.   

En diabétologie aussi, la baisse des prises en charge depuis 2020 "a coïncidé avec une hausse de l'activité" pour des complications liées au diabète, souligne la FHF. L'hôpital peine aussi à rattraper son retard sur certaines activités de chirurgie, comme les greffes (-7,5%).   

La FHF avance deux principales "hypothèses" pour expliquer cette situation : les tensions persistantes sur les capacités hospitalières, et une probable hausse du renoncement aux soins. Selon une enquête réalisée en mars 2024 dans 45% des hôpitaux publics, l'équivalent de 7% des lits d'hospitalisation en médecine, chirurgie et obstétrique ont été ponctuellement fermés en 2023, dans six cas sur dix en raison d'un manque de soignants.  

"Il y a urgence", et le Gouvernement, qui doit fixer dans les prochains jours les nouveaux tarifs remboursés des prestations hospitalières, doit "soutenir l'hôpital public" en "concentrant les moyens" sur ces filières prioritaires, a plaidé Arnaud Robinet. Interrogé par Franceinfo, le président de la FHF a demandé au Gouvernement "une loi de programmation avec des objectifs bien définis sur le moyen et le long terme", précisant également souhaiter "une meilleure coordination avec l'hôpital, avec la médecine de ville".  

D'après un sondage Ipsos, mené entre le 29 février et le 6 mars auprès de 1 500 personnes, 63% des Français ont renoncé à au moins un acte de soins ces cinq dernières années, notamment en raison des délais pour obtenir un rendez-vous (53% des cas) ou pour des difficultés financières (42%). Le sondage témoigne également d'un allongement des délais et d'importantes inégalités territoriales. En zone rurale, les répondants déclarent avoir 57 minutes de temps de trajet pour consulter un ORL en moyenne, 50 minutes pour voir un pédiatre, contre respectivement 32 et 31 minutes en zone urbaine. 

 

[avec AFP et Franceinfo

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

4 commentaires
7 débatteurs en ligne7 en ligne
Photo de profil de Hassan Chatti
638 points
Débatteur Renommé
Médecine physique et de réadaptation
il y a 2 mois
Prendre en compte la variable activité dans les hopitaux ne me semble pas suffisant pour juger de l'état de santé des patients ou de la pertinence des soins quand on sait que c'est ce qui finance les ...Lire plus
Photo de profil de Bernard Leve
3,4 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 2 mois
L'actuel président de la FHF oserait il remettre en cause le bilan de son prédécesseur ?...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17