"C'est un choix et je l'assume" : pourquoi Edouard Philippe n'a pas augmenté les salaires des hospitaliers | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"C'est un choix et je l'assume" : pourquoi Edouard Philippe n'a pas augmenté les salaires des hospitaliers

Invités des matinales de France Inter et France Info, le Premier ministre et la ministre de la Santé ont dû s’expliquer sur les mesures annoncées hier pour sauver l’hôpital public
Alors que le collectif Inter-Urgences est très critique sur les mesures présentées par le Premier ministre pour sauver l’hôpital public, Édouard Philippe et Agnès Buzyn ont dû s’expliquer sur la prime de 800 euros par an accordée aux infirmières et aides-soignants d’Ile-de-France. 

 

Après les annonces, place à la “pédagogie”. Invités des matinales de France Inter et France Info, le Premier ministre et la ministre de la Santé ont dû s’expliquer sur les mesures annoncées hier pour sauver l’hôpital public.   

 

Interrogé sur la proposition d’une prime accordée pour les infirmières et aides-soignants d’Ile-de-France gagnant moins de 1.950 euros net par mois, le Premier ministre a répondu qu’il se souhaitait “diviser personne”. “Le collectif Inter-Urgences vous reproche de vouloir diviser Paris et les régions”, interroge Nicolas Demorand.

 

“Je ne veux diviser personne, je veux sauver l’hôpital public. Et quand on veut sauver l’hôpital public, on regarde où sont les problèmes les plus criants et consacre les moyens aux problèmes les plus criants”, a répondu Édouard Philippe. Il y a une spécificité de la région parisienne. Pas parce que c’est Paris mais parce qu’il y a d’abord une très grande densité hospitalière, parce que les conditions d’exercice sont un peu particulières, très décalées, très intenses… Parce que la cherté de la vie - ce n’est pas propre qu’à Paris, c’est aussi vrai dans d’autres endroits - est particulière. Et parce qu’à Paris, on se heurte aujourd'hui à un tel cumul de ces phénomènes que partout dans l’APHP, on ferme des lits.” 

 

La ministre de la Santé a de son côté souligné qu’il n’existait en dehors de Paris “aucune grande ville où les gens font deux heures pour venir de travailler”.

 

 

D’autant qu’aux yeux du Premier ministre, personne ne sera laissé pour compte. “Il y a beaucoup de mesures dans le plan qui sont des mesures générales, qui s’appliqueront partout en France. On crée une prime dite de 'service', qui sera à la main des chefs de service. C’est-à-dire de ceux qui connaissent la réalité médicale, le fonctionnement d’un service. Cela sera bien appliqué partout en France donc tout ceux qui travaillent à l’hôpital sont susceptibles de la toucher.”

 

 

"Tout le monde va pouvoir, dans tous les territoires, accéder à une revalorisation qui récompense un engagement particulier" a de son côté martelé Agnès Buzyn sur France Info. 

 

Pas d’augmentation de salaire 

 

Infirmières et aides-soignants demandent une revalorisation de leur profession en demandant, notamment, une augmentation de salaire de 300 euros par mois. Il n’en est pourtant rien dans les mesures proposées par le Gouvernement qui mise sur les “primes”. 

 

“Nous avons considéré que si nous augmentons les salaires, l'impact sur chacun des personnels concernés, sur les femmes et les hommes concernés, aurait été très largement en-deçà des espérances formulées, s’est justifié Édouard Philippe sur France Inter. Donc notre choix - c’est choix et je l'assume - c’est de concentrer les moyens publics sur ce qui nous semble le plus urgent pour faire fonctionner l’hôpital.”

 

 

 

[Avec France Inter et France Info]

 

6 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…