Vaccin d'AstraZeneca : la famille de la trentenaire décédée porte plainte pour homicide involontaire | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Vaccin d'AstraZeneca : la famille de la trentenaire décédée porte plainte pour homicide involontaire

La famille d’une femme de 38 ans décédée d’une thrombose deux semaines après avoir reçu sa première injection de vaccin AstraZeneca va porter plainte contre X pour "homicide involontaire". 
 

“L'objectif à travers cette plainte, c'est d'ouvrir des investigations pour faire toute la lumière sur cette affaire.” Après le décès d’une Toulousaine de 38 ans des suites d’une thrombose, 14 jours après avoir reçu le vaccin AstraZeneca, sa famille a fait savoir, par la voix de son avocat, qu’elle allait porter plainte contre X pour homicide involontaire. 

Selon Franceinfo, cette assistante sociale ne souffrait pas de problèmes particuliers. Elle avait reçu sa première injection quelques jours avant la suspension temporaire d’utilisation du vaccin par le Gouvernement après le signalement d'effets secondaires “possibles”, notamment des cas inattendus d'événements thromboemboliques et de troubles de la coagulation. 

 

Expertise médico-légale 

Les proches de la trentenaire ont souhaité saisir le parquet par l’intermédiaire de Me Etienne Boittin, l’avocat qui représente également la famille de l’étudiant nantais en sixième année de médecine décédé d’une hémorragie interne causée par une thrombose, dix jours après avoir reçu une première injection du vaccin AstraZeneca.  

Selon France bleu, le dépôt de cette plainte va permettre l’ouverture d’une enquête judiciaire. “Nous ne sommes pas dans une démarche d'accusation mais d'interrogation, il n'est pas question de clouer au pilori un hôpital ou un laboratoire”, a indiqué l’avocat de la famille qui souhaite obtenir une expertise médico-légale “pour que toute la lumière soit faite sur la cause du décès et le lien éventuel entre ce décès et l'injection d'AstraZeneca”. 

Dans son point de pharmacovigilance du 26 mars, l’Agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM) a confirmé un risque thrombotique "très rare" associé au vaccin AstraZeneca contre le Covid, ajoutant toutefois que le rapport bénéfice/risque du vaccin restait positif. 

 

 

[avec franceinfo et France bleu Occitanie

 

 

 

13 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…