Démissions, idées suicidaires, charge de travail… Cinq chiffres qui révèlent le malaise des médecins hospitalo-universitaires

29/03/2023 Par Aveline Marques
Les PU-PH (professeur des universités-praticiens hospitaliers) ne sont pas épargnés par l'épuisement professionnel. C'est ce que révèle une enquête menée auprès de l'ensemble des médecins hospitalo-universitaires (HU) français, dont les résultats viennent d'être publiés. Les auteurs soulignent que ce mal-être menace sérieusement l'attractivité des CHU. 

 

"Les membres du corps professoral sont engagés dans une bataille sans fin pour fournir la quantité demandée tout en maintenant une qualité optimale, soulignent les auteurs de cette étude, publiée dans Jama Network Open, mardi 28 mars. Leur travail est gratifiant mais implique également d'énormes responsabilités et créé un stress massif."  

Dans un contexte où la demande de soins augmente, où la charge administrative pèse de plus en plus lourd, où le nombre d'étudiants à former ne cesse d'augmenter et où le financement de la recherche est une "préoccupation constante", les Conseils nationaux universitaires des différentes disciplines de santé et les doyens des facultés de médecine ont mené l'enquête pour apprécier la santé mentale des HU français, les données en la matière étant "rares".  

Le questionnaire a été diffusé entre octobre et décembre 2021 auprès de 5 066 HU titulaires en activité. Ils sont 2 390 (soit 45%) à y avoir répondu, dont 1 699 PU-HP et 677 maîtres de conférence universitaires – praticiens hospitaliers (MCU-PH). Parmi eux, 60% sont chefs de service et 25% dirigent une équipe de recherche.  

 

12 heures : le temps de travail quotidien 

L'enquête met en lumière la "lourde charge de travail" des HU. Ces derniers passent en moyenne 10 heures par jour à l'hôpital et travaillent en plus 2 heures par jour à leur domicile, d'après les résultats de l'enquête. Les deux tiers d'entre eux participent à la permanence des soins le week-end et la moitié assument des gardes. Les répondants ont tous déclaré travailler les lendemains de garde. Invités à mesurer de 1 à 10 le sentiment que leur travail empiète sur leur vie privée, les HU ont mis la note de 8.   

Leur temps de travail hospitalier se compose à 40% des soins aux patients, à 30% de recherche (7 sur 10 aimeraient y consacrer plus de temps) et d'enseignement, à 20% des tâches administratives et à 10% d'activités transversales. 

A cela, s'ajoutent l'enseignement facultaire (50 heures par an), l'encadrement des travaux de recherche étudiants (6 à 9 au cours des trois dernières années) et la participation aux congrès médicaux (10 à 12 demi-journées par an). 

 

40% souffrent d'un burn out 

Sur 2 390 répondants, 952 ont signalé des symptômes d'épuisement professionnel grave, soit dix fois plus que dans la population générale, et 12% font état de stress au travail.  

Les MCU-PH souffrent significativement plus de... burn out que les PU-PH (47% vs 37%). L'existence d'un syndrome d'épuisement professionnel est plus fréquemment associée à l'exercice d'une spécialité non clinique, au fait de déclarer un empiétement du travail sur la vie personnelle, au besoin de faire constamment "bonne figure" ou encore d'avoir été victime de harcèlement. A l'inverse, bien dormir, se sentir valorisé par les collègues et le public, avoir une plus longue expérience de l'enseignement apparaissent comme des facteurs protecteurs. 

 

343 médecins hospitalo-universitaires rapportent des idées suicidaires 

14% des répondants à l'enquête font état d'idées suicidaires, soit trois fois plus que dans la population générale, mais dans des proportions toutefois moindres que dans les études réalisées chez les médecins généralistes. Le taux monte à 25% chez HU souffrant de burn out. A titre de comparaison, il était de 27% chez les étudiants, internes et jeunes médecins dans l'enquête santé mentale de 2017. 

 

Plus de la moitié des MCU envisagent de démissionner 

C'est un "signal alarmant retentissant" pour les CHU, alertent les auteurs : 54% des MCU-PH répondants envisagent de démissionner, et 41% de changer de carrière. En parallèle, 1 PU-PH sur 4 songe à anticiper sa retraite. Lorsqu'ils échangent avec leurs jeunes et futurs confrères, seuls 42% des HU se montrent encourageants, 50% se disent prudents et 8% confessent être dissuasifs… "La capacité d'attirer et de retenir le personnel enseignant des hôpitaux universitaires est menacée, en raison des niveaux élevés de symptômes mentaux dans ce groupe professionnel", insistent les auteurs. 

 

99% inquiets pour la retraite 

La retraite est une source d'inquiétude majeure pour les HU, du fait du faible niveau prévisible de leur pension.  En effet, rappelle la Conférence des doyens de facultés de médecine, la retraite des hospitalo-universitaires est "calculée uniquement sur leur revenu universitaire sans tenir de leurs émoluments hospitaliers". 

Dans un communiqué du 29 mars, les doyens appellent à la mise en place d'actions "en urgence pour favoriser l'attractivité des carrières", tels l'alignement des pensions de retraite sur le régime général, la formation et l'accompagnement managérial et l'aménagement d'un temps protégé et de moyens dédiés à la recherche.  

 
Vignette
Vignette

0 commentaire





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17