Arrêts maladie des non-vaccinés : les pressions montent sur les généralistes | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Arrêts maladie des non-vaccinés : les pressions montent sur les généralistes

Avec l'extension de l'obligation de pass sanitaire aux salariés en contact avec du public dès lundi 30 août, le syndicat anticipe une hausse des demandes d'arrêts maladie et avec elle, une vague d'inquiétudes. S'ils seront "fermes" face aux certificats de complaisance, les généralistes ne devront pas être soumis à la pression des institutions ou mis sous objectifs, prévient MG France.

Les généralistes seront "fermes", mais ils devront être soutenus par les institutions. Alors que les salariés en contact avec du public devront présenter leur pass sanitaire dès lundi, sous peine d'être suspendus, les médecins craignent d'en voir certains affluer dans leur cabinet. "Certains qui ne voudraient pas se faire vacciner pourraient demander à être mis en arrêt de travail en mettant en avant de l'angoisse, du stress ou d'autres motifs" car "ils ne pourront plus aller au travail et donc n'auront plus de revenus", anticipe le Dr Margot Bayart, vice-présidente du syndicat, qui indique que quelques praticiens ont d'ores et déjà reçu été sollicités.

Un situation "délicate" et "inconfortable" selon le syndicat, qui lance d'ores et déjà une alerte dans un communiqué publié ce vendredi. "Il ne faut pas que le médecin généraliste soit entre le marteau et l'enclume, c'est-à-dire entre le patient d'un côté, qui va mettre une pression sur le médecin, et, de l'autre côté, des instances qui vont dire 'non, il ne faut pas d'arrêts pour ces gens-là'", s'inquiète la généraliste de Réalmont (Tarn).

Cette dernière prédit toutefois que "les généralistes seront fermes" et "ne feront pas de certificats de complaisance". Avec le risque de se retrouver en opposition avec un patient récalcitrant, voire "d'être la cible d'agressivité". Selon elle, les médecins généralistes craignent ainsi de se voir soumis à une "double pression". MG France demande de fait aux instances "d'être [leurs] alliés". "Si on doit en plus être mis sous objectifs ou avoir la Caisse d'Assurance maladie qui appelle pour nous taper dessus, c'est non", prévient, catégorique, le Dr Bayart.

Toute la difficulté sera de déceler les véritables motifs des demandes. "On sera au service du patient, mais aussi dans une analyse fine des raisons profondes", affirme la praticienne, qui souligne par ailleurs qu'il s'agira d'un gros travail alors que la médecine de ville est déjà soumise à une "activité dense" avec une "résurgence [de l'épidémie] dans certains départements". "On sait très bien comment ça va se présenter : sous forme de crises d'angoisse, de troubles du sommeil [...] qui sont réels", explique-t-elle. Une "détresse humaine" qu'il faudra essayer d'appréhender avec "pédagogie".

82 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…