Il voulait s'installer comme médecin généraliste dans un village d'Ardèche, un urgentiste recalé par l'Ordre

20/02/2024 Par L. C.
Démographie médicale
Le praticien d'origine congolaise a obtenu un diplôme de médecine d'urgence en France, mais son diplôme de médecine généraliste congolais n'est pas reconnu dans l'hexagone.  

 

La maire de Saint-Étienne-de-Lugdarès ne décolère pas. Auprès de nos confrères du Dauphiné libéré, elle témoigne de son "incompréhension". Le village d'Ardèche, qui n'a plus de généraliste depuis 2012, était parvenu à attirer un candidat à l'installation : un urgentiste d'un hôpital des Bouches-du-Rhône prêt à se lancer dans une nouvelle aventure. "Pour nous c'était acquis puisque l'Ordre des médecins nous avait dit qu'il suffisait qu'il demande sa mutation du département 13 pour venir chez nous, en Ardèche. Et qu'à réception de ce document, il pourrait s'installer." 

Attendu comme le Messie, le praticien avait déjà loué un appartement, et s'était présenté aux habitants, soulagés, lors des vœux de la commune. Oui mais voilà, le Conseil départemental de l'Ordre des médecins (Cdom) s'y est finalement opposé. En cause : le candidat dispose seulement d'un diplôme d'urgentiste français. Il a bien obtenu un diplôme de généraliste au Congo – son pays d'origine -, mais ce dernier "n'est pas reconnu" dans l'hexagone, déplore la maire Françoise Benoît.

 

 

S'il veut tout de même s'installer à Saint-Étienne-de-Lugdarès, le praticien étranger deva passer en deux ans son diplôme de médecine générale pour être dans les règles, indique à nos confrères de France bleu la Dre Nathalie Simon-Arlhac, présidente du Cdom d'Ardèche.  

Selon la maire du village, le praticien est aujourd'hui "très découragé". "Il a dit qu'il n'avait plus envie de faire de formation, et qu'il n'avait plus besoin de prouver ses compétences [après avoir] exercé pendant 7 ans dans des hôpitaux français." Pour Saint-Étienne-de-Lugdarès, c'est donc un "retour à la case départ". Les 400 habitants devront se rendre à la commune de Langogne, en Lozère, pour se soigner. Mais sans aucune certitude, car là-bas, les médecins "sont surchargés", précise la maire, démunie.  

[avec France Bleu et Le Dauphiné libéré

Vignette
Vignette
34 commentaires
22 débatteurs en ligne22 en ligne
Photo de profil de Dominique Drouhier
150 points
Gastro-entérologie et hépatologie
il y a 3 mois
C'est un problème ubuesque et malheureusement assez fréquent. Ce médecin a donc exercé comme urgentiste sept ans dans les hôpitaux publics. Ces derniers ont dû se soucier de savoir s'il était médeci...Lire plus
Photo de profil de Eric Semeria
2,4 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique
il y a 3 mois
Le désespoir çà fait faire n'importe quoi Je suis d'accord avec mes confrères sur la pertinence de garder nos valeurs d'excellence médicales et de ne pas les brader par le simple fait que l'on manque...Lire plus
Photo de profil de François `Volff
760 points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 3 mois
Je ne connais pas le niveau des études médicales au Congo, en supposant que son diplôme est authentique. 10% des diplômes étrangers examinés par le C.O. sont des faux. On demande volontaires pour êtr...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17