"Est-il logique de bénéficier des soins gratuits quand on a refusé la vaccination gratuite" : Hirsch lance la polémique   | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Est-il logique de bénéficier des soins gratuits quand on a refusé la vaccination gratuite" : Hirsch lance la polémique  

Dans une tribune publiée dans Le Monde, le directeur de l’AP-HP Martin Hirsch émet l’hypothèse que les patients ayant refusé de se faire vacciner contre le Covid puissent ne plus être pris en charge gratuitement par l’hôpital. Ses propos ont provoqué un véritable tollé.  

 

“ Sept propositions pour une démocratie plus différenciée, plus personnalisée, plus participative” : ainsi est intitulée la tribune du directeur de l’AP-HP, Martin Hirsch, parue dans Le Monde, le 25 janvier. Dans son texte, il envisage notamment “d’associer la responsabilité à la solidarité dans les systèmes de protection sociale”. “On peut poser la question en des termes crus : est-il logique de bénéficier des soins gratuits quand on a refusé pour soi la vaccination gratuite et qu’on met doublement en danger les autres, en pouvant les contaminer et en pouvant prendre une place en soins intensifs nécessaire pour un autre patient ? Il y a peut-être une manière de donner enfin un vrai sens à la prévention en liant protection et respect de la prévention”, écrit-il.  

Invité dans l’émission C à Vous pour détailler ses propos, le patron des hôpitaux publics parisiens a souhaité élargir ses propos au-delà même du Covid. “Quand un instrument de prévention gratuit est disponible, qu’il peut être utilisé et qu’il est reconnu par la communauté scientifique comme quelque chose qui est utile… Est-ce qu’on y renonce sans aucune conséquence ou est-ce qu’on tend la main pour soigner ? Alors qu’il peut y avoir des conséquences sur les autres patients qu’on aura du mal à soigner et qui, eux, n’y peuvent rien”, explique d’abord Martin Hirsch.  

Repris par une journaliste sur le cas des fumeurs souffrant d’un cancer des poumons, “le débat est délicat”, accorde-t-il toutefois. Il a néanmoins relevé une “grande différence” : “On ne peut pas blâmer quelqu’un sur un comportement, une addiction”. “Je le redis, le système de soin est ouvert à tout le monde. Mais, je fais cette différence : si le dépistage existe tous les 5 ans, est-ce qu’on doit avoir la même protection, le même taux de remboursement entre quelqu’un qui le néglige et un autre qui ne le néglige pas ?”, a interrogé le directeur de l’AP-HP en laissant la question en suspens.  

 

Ses propos ont suscité une véritable polémique sur les réseaux sociaux. Les candidats à l’élection présidentielle s’y sont aussi opposés : “On a défini une stratégie qui est celle de la vaccination, qu’il faut augmenter et poursuivre parce qu’elle protège. (...) Il faut continuer cette pédagogie”, a par exemple commenté Anne Hidalgo.  

  [avec Le Monde et le HuffPost]  

  

50 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…