Corticoïdes, IPP, psychotropes : un effet potentiellement délétère sur l’immunothérapie anti-tumorale | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Corticoïdes, IPP, psychotropes : un effet potentiellement délétère sur l’immunothérapie anti-tumorale

[32 e congrès français de rhumatologi e] A l’instar des antibiotiques, les corticoïdes, inhibiteurs de pompe à protons, … pourraient réduire l’efficacité des inhibiteurs du point de contrôle immunologique. Une étude rétrospective, entreprise au CHU de Bordeaux, sur 635 patients traités par inhibiteur du point de contrôle immunologique en raison d’un cancer avancé (mélanome, cancer bronchique, cancer rénal...) suggère que certains médicaments utilisés pour traiter des patients rhumatologiques pourraient diminuer l’efficacité de l’immunothérapie anti-tumorale. La prise d’une corticothérapie à dose initiale de 10 mg/j ou plus d’équivalent prednisone, au cours...

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…