Lyme : ce que contiennent les nouvelles recos | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Lyme : ce que contiennent les nouvelles recos

Evolution épidémiologique, tests sérologiques, chronicité…, les vingt sociétés savantes qui se sont réunies pour établir de nouvelles recommandations sur la maladie de Lyme répondent point par point aux préconisations publiées il y a un an par la Haute Autorité de santé.

 

 

Particulièrement attendues dans un contexte polémique, l’objectif des nouvelles recommandations établies par la Société de pathologie infectieuse de langue française (Spilf), à la demande de la Direction générale de la Santé, en association à une vingtaine d’autres sociétés savantes françaises (CNGE, Collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales, et plusieurs sociétés savantes de dermatologie, rhumatologie, neurologie, etc.), était de ne pas "laisser les professionnels de santé et les patients sans repère". La société était chargée de faire le point sur la prévention, le diagnostic, et le traitement de la borréliose de Lyme.

Le nouvel opus vient donc de paraître sous forme de deux articles publiés sur le site de la revue Médecine et maladies infectieuses les 14 et 31 mai derniers. Le premier document est consacré à la prévention, l’épidémiologie, et au diagnostic, tandis que le second porte sur le diagnostic biologique, le traitement, et les symptômes persistants.

Alors, qu’apportent ces nouvelles recommandations ? Elles font tout d’abord un point épidémiologique susceptible de mettre tordre le cou à de nombreuses idées reçues. Ainsi, les auteurs du texte affirment que l’incidence de la borréliose de Lyme n’a pas augmenté comme il est souvent affirmé, mais "a été stable en France entre 2009 et 2017, avec une moyenne de 53 cas/100 000 habitants par an", qui ont engendré 1,3 hospitalisation/100 000 habitants en moyenne par an. Ces chiffres ont été établis à partir des données du réseau Sentinelles et des codages des séjours hospitaliers. Et si un pic d'incidence a été observé en 2016 avec 84/100 000 habitants, "on ne peut ni confirmer ni infirmer une tendance ascendante en France", est-il remarqué dans le texte.

Sur le plan clinique, les experts rappellent que les principaux points d’appel pour une borréliose de Lyme sont les manifestations cutanées à type, la plupart du temps, d’érythème migrant, et beaucoup plus rarement, de lymphocytome borrélien ou d’acrodermatite chronique atrophiante. Les signes neurologiques ne sont présents que dans moins de 15% des cas...

11 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…