restriction

Rifampicine : prescription initiale restreinte suite à de fortes tensions d’approvisionnement

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a décidé de restreindre l’utilisation de la rifampicine à certaines indications comme la tuberculose. Cela fait suite à d’ "importantes difficultés d’approvisionnement" en matières premières. 

19/04/2024 Par M. A.
Infectiologie
restriction

Les produits concernés sont ceux de Sanofi Winthrop : Rifadine 2% suspension buvable, Rifadine 300 mg gélule, Rifadine 600 mg, IV, poudre et solvant pour solution pour perfusion, Rifinah 300 mg/150 mg, comprimé enrobé et Rifater comprimé enrobé. Le Rimactan 300 mg, gélule (laboratoire Sandoz) pourrait aussi être impacté.

Ces difficultés sont en rapport avec la fermeture d’une usine en Italie en raison de "défaillances du contrôle qualité", qui font que "l’ensemble des médicaments à base de rifampicine est en forte tension d’approvisionnement pour une durée indéterminée à ce jour", précise l’agence sanitaire.

En conséquence, dorénavant, la primoprescription de rifampicine est réservée aux prescripteurs en établissements. Les médecins libéraux doivent se rapprocher des centres de lutte antituberculeuse (CLAT) pour l’établissement de l’ordonnance de primo-prescription.

Les indications retenues sont : la tuberculose maladie ; certaines infections ostéo-articulaires sur matériel chirurgical ; les endocardites sur matériel. Les autres indications étant "au cas par cas et après avis spécialisé, lorsqu’il n’existe pas d’alternative", précise l’ANSM. 

La spécialité Rifadine injectable n’est pas concernée par ces préconisations. De même, les renouvellements de traitement ne sont pas restreints. "Si votre patient suit déjà un traitement par rifampicine, vous pouvez poursuivre son traitement. La mention 'renouvellement' doit être indiquée sur l’ordonnance. Le formulaire de demande pourra être complété par les pharmaciens", précise l’ANSM. 

Références :

Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, 18 avril.

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Lilia Boyeldieu

Lilia Boyeldieu

Non

Convention inacceptable sur le plan déontologique avec financiarisation des décisions médicales. Dégradation de la qualité des soi... Lire plus

0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17