Polyarthrite rhumatoïde : risque d’infection grave sous corticothérapie, même à petites doses

21/12/2020 Par Pr Philippe Chanson
Rhumatologie
La corticothérapie est très efficace dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde lorsqu’elle est associée au traitement spécifique de cette pathologie. L’utilisation à long terme est controversée, en particulier vis-à-vis des effets secondaires entraînés par ce traitement.

Afin de quantifier le risque d’infection sévère justifiant une hospitalisation avec l’utilisation à long terme de faibles doses de corticoïdes chez des patients ayant une polyarthrite rhumatoïde, une étude de cohorte rétrospective a été menée aux Etats-Unis auprès de tous les patients qui avaient un traitement spécifique pour leur polyarthrite rhumatoïde et qui recevaient en plus une corticothérapie. 247 997 observations ont été identifiées chez 172 041 patients dans Medicare et 58 279 observations parmi 44 118 patients dans la base Optum. Après 6 mois d’utilisation stable des médicaments spécifiques de la polyarthrite rhumatoïde, 47.1 % des patients de Medicare et 39.5 % des patients Optum ont reçu des glucocorticoïdes. A un an, l’incidence cumulée d’infections justifiant une hospitalisation chez les patients Medicare qui ne recevaient pas de glucocorticoïdes était de 8.6 % alors qu’elle était de 11 % (10.6 à 11.5 %) chez les patients qui recevaient une dose de glucocorticoïdes quotidienne ≤ 5 mg d’équivalent prednisone. Elle était de 14.4 % (13.8 à 15.1 %) pour ceux recevant une dose équivalente à 5 à 10 mg par jour et de 17.7 % (16.5 à 19.1 %) pour ceux qui recevaient une dose > 10 mg par jour (p < 0.001) en comparaison des patients qui ne recevaient pas de glucocorticoïdes. L’incidence cumulée à 1 an d’infections justifiant une hospitalisation dans la base Optum chez les patients qui ne recevaient pas de glucocorticoïdes était de 4 % alors qu’elle était de 5.2 % (4.7 à 5.8 %) quand la corticothérapie était ≤ 5 mg par jour, de 8.1 % (7 à 9.3 %) pour une dose de 5 à 10 mg par jour et de 10.6 % (8.5 à 13.2 %) pour ceux qui recevaient une dose > 10 mg par jour (p < 0.001) en comparaison des patients ne prenant pas de glucocorticoïdes. Chez les patients ayant une polyarthrite rhumatoïde et qui reçoivent une corticothérapie en plus de leur traitement habituel, il existe clairement une augmentation dose-dépendante du risque d’infections graves justifiant une hospitalisation. Ce risque est faible mais significatif, même à une dose inférieure à 5 mg par jour. Il faut donc bien analyser la balance bénéfices/risques de cette corticothérapie, même à faible dose.

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

0 commentaire





La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17