Lombalgie : le CNGE ne recommande pas l’utilisation des opioïdes, même "faibles" en première intention

19/10/2023 Par Marielle Ammouche
Rhumatologie
Dans un contexte général de mésusage des opioïdes, les membres du conseil scientifique du Collège national des généralistes enseignants (CNGE) se sont penchés sur la balance bénéfices/risques de ces traitements dans la lombalgie aiguë.

  Leurs conclusions vont dans le sens d’une limitation de ces traitements en première intention dans cette indication. En effet, si les antalgiques opioïdes (codéine, poudre d’opium, morphine, ou tramadol) sont indiqués dans les douleurs aiguës sévères supérieures ou égales à 6/10 sur l’échelle numérique, l’analyse de la littérature récente scientifique ne met pas en évidence de preuve d’efficacité, et la balance bénéfice/risque n’est pas positive. Ainsi, une méta-analyse de 2023 (Wewege MA,et al. BMJ 2023;380:e072962) a concerné le tramadol. Les résultats n’ont pas montré de supériorité de cette molécule ou de l'association paracétamol/tramadol versus placebo sur l’intensité de la douleur dans la lombalgie aiguë, "tout en étant associé à un plus grand risque d’effets indésirables", indique le CNGE. Un autre essai publié en juin 2023 a porté sur l’oxycodone (Jones CMP, et al. Lancet 2023;402:304-12). De même, il a montré que l’efficacité sur la douleur à 6 semaines de ce médicament (ou de l’association oxycodone/naloxone) chez des patients ayant une lombalgie aiguë (moins de 12 semaines), n’était pas différente de celle du placebo. En outre, il était associé à plus de mésusage à 1 an (20% versus 10%, p = 0,049). Le CNGE constate, par ailleurs, l’absence d’essai sur la douleur à court terme, et l’absence de différence d’efficacité entre les différents principes actifs opioïdes. A l’opposé, il souligne le "risque élevé de développement d’un trouble de l’usage des opioïdes". Ainsi, selon une méta-analyse de 2018 (Higgins C, et al. Br J Anaesth. 2018;120:1335‑44), 4,7% des patients recevant un antalgique opioïde avaient, au cours de leur traitement, un diagnostic de novo de trouble de l’usage des opioïdes. Les membres du Collège concluent donc que les antalgiques opioïdes ("faibles" comme "forts") ne sont pas recommandés comme traitement de première intention dans la lombalgie aiguë. Dans ce contexte, ils rappellent l’importance d’informer les patients sur l’évolution naturelle de la lombalgie commune, généralement "spontanément résolutive en moins d’un mois", ainsi que sur "l’absence d’efficacité à 2 semaines des opioïdes et du risque élevé d’effets indésirables".

2 commentaires
Photo de profil de Alain Joseph
1,5 k points
Débatteur Renommé
Médecine générale
il y a 9 mois
Il n'y a pas besoin de faire des études pour conclure à une évidence. Bien d'autres actions thérapeutiques non agressives sont possibles: La phytothérapie anti-inflammatoire, l'acupuncture et les moxa...Lire plus
Photo de profil de Christophe Lherbier
451 points
Débatteur Renommé
Médecins (CNOM)
il y a 9 mois
Après nous avoir rabattu les oreill pendant des annéeà, il fallait que le pati ne souffre plus. A coup de médecine de la douleur nous avons eut et patients dépendants…...Lire plus
 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17