DT1 : néphropathie et rétinopathie diabétique sont des facteurs de risque élevé et indépendant d’ischémie critique des membres inférieurs

01/08/2023 Par Pr Philippe Chanson
Diabétologie Endocrinologie-Métabolisme
Vignette
La prévalence, l’incidence et les facteurs de risque, en particulier l’effet de la néphropathie diabétique et de la rétinopathie diabétique sur le risque d’ischémie critique des membres inférieurs, n’ont pas été étudiés de manière systématique chez les sujets ayant un diabète de type 1.

L’étude prospective FinnDiane est une étude prospective de cohorte portant sur 4 697 sujets ayant un diabète de type 1. Leurs dossiers cliniques ont été revus de manière très complète afin d’évaluer tous les événements critiques des membres inférieurs. Les facteurs de risque principaux analysés étaient la néphropathie diabétique et la rétinopathie diabétique. 319 événements critiques ischémiques au niveau des membres inférieurs ont été confirmés, 102 événements au début de l’étude et 217 au cours du suivi qui a duré 11.9 ans. L’incidence de l’ischémie critique des membres inférieurs cumulée sur 12 ans était de 4.6 % (IC 95 % = 4 – 5.3). Les facteurs de risque étaient la présence d’une néphropathie diabétique, d’une rétinopathie diabétique sévère, de l’âge, de la durée du diabète, de l’hémoglobine glyquée, de la pression artérielle systolique, des triglycérides et du tabagisme. Les hazard ratios en fonction de la combinaison d’une néphropathie diabétique et de la présence ou de l’absence de rétinopathie diabétique étaient de 4.8 (2 – 11.7) en cas de normo-albuminurie et présence d’une rétinopathie diabétique sévère, de 3.2 (1.1 – 9.4) en cas de microalbuminurie et d’absence de rétinopathie diabétique sévère, de 11.9 (5.4 – 26.5) en cas de microalbuminurie associée à une rétinopathie diabétique sévère, de 8.4 (3.2 – 23.2) en cas de macroalbuminurie et en l’absence de rétinopathie diabétique sévère, de 15.7 (7.4 – 33) en cas de macroalbuminurie et de rétinopathie diabétique sévère et enfin de 37.9 (17.2 – 78.9) pour l’insuffisance rénale en comparaison avec les sujets ayant une albuminurie normale et n’ayant pas de rétinopathie diabétique sévère. En conclusion, le risque d’ischémie critique des membres inférieurs augmente de manière graduelle en fonction de la sévérité de la néphropathie diabétique. La rétinopathie diabétique est aussi un facteur de risque élevé et indépendant d’ischémie critique des membres inférieurs et s’ajoute aux autres facteurs de risque.

Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Lilia Boyeldieu

Lilia Boyeldieu

Non

Convention inacceptable sur le plan déontologique avec financiarisation des décisions médicales. Dégradation de la qualité des soi... Lire plus

0 commentaire





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
2
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17