Covid : la vaccination recommandée pour les nourrissons et jeunes enfants à risque

19/12/2022 Par Marielle Ammouche
Infectiologie
La Haute Autorisé de santé (HAS) s’est prononcée, ce lundi 19 décembre, en faveur de la vaccination contre le Covid-19 des enfants âgés de 6 mois à 4 ans révolus à risque de formes graves de la maladie, ainsi que ceux vivant dans l’entourage de personnes immunodéprimées ou ne répondant pas à la vaccination (cocooning). 

 

En effet, cette primo-vaccination est désormais possible car le vaccin Comirnaty (Pfizer) avait obtenu, le 25 novembre dernier, une extension d’indication pour cette classe d’âge.  

La posologie a été adaptée à l’enfant de cet âge. Elle est de 3 microgrammes/dose, avec un schéma vaccinal à trois doses, espacées de 3 semaines, puis au moins 8 semaines. 

Cette décision est liée au contexte épidémiologique, et au fait que "les moins de 1 an représentaient 70% des hospitalisations des 0-17 ans et 84% des admissions en soins critiques", rappelle la HAS. En outre, les données d’efficacité du vaccin (80,3% contre les infections symptomatiques pour toutes les tranches d'âge entre 6 mois à 4 ans), et de tolérance (aucun décès, aucun cas de myocardite ou de péricardite) sont favorables. 

Les enfants à risque sont ceux qui présentent des comorbidités (cardiopathies congénitales, maladies hépatiques, cardiaques rénales ou respiratoires chroniques - y compris l’asthme sévère - , maladies neurologiques, immunodéficience, obésité, diabète, cancers, drépanocytose, trisomie 21, …). 

Par ailleurs, la HAS a aussi recommandé l’utilisation du vaccin Nuvaxovid (Novavax), vaccin à protéine recombinante, en primo-vaccination chez les adolescents de 12 à 17 ans. Une extension d’indication européenne avait été octroyée 23 juin dernier. Il est ainsi recommandé "pour les adolescents ne pouvant ou ne souhaitant pas être vaccinés avec un vaccin à ARNm".  

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Michel Lemariey-Barraud

Michel Lemariey-Barraud

Non

La vraie question est de savoir si on veut assurer correctement les usagers, ou asservir durablement les médecins. La CNAM, organi... Lire plus

0 commentaire
6 débatteurs en ligne6 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17