"Incompréhension, lassitude, angoisse et rage"… La réforme "inaboutie" du deuxième cycle exaspère les étudiants en médecine | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Incompréhension, lassitude, angoisse et rage"… La réforme "inaboutie" du deuxième cycle exaspère les étudiants en médecine

Trois ans qu’ils attendent les textes. Et alors que trois mois ont passé depuis la rentrée universitaire et la mise en œuvre de la réforme du deuxième cycle (R2C) des études de médecine, seul le décret en « cadrant les grandes lignes » a été publié, déplore l’Anemf, dans une lettre ouverte aux ministres.
 

Sur le papier, c’est une « révolution pédagogique ambitieuse, signant la fin d’un système à la dérive » aboutissant au couperet des ECN. La R2C était pour l’Association nationale des étudiants en médecine (Anemf) d’ « un apprentissage plus pertinent, un développement de notre raisonnement clinique et l’opportunité de nous épanouir hors de notre cursus médical afin de devenir de meilleurs médecins pour demain ».

Mais en pratique, il n’en est rien, dénonce l’association. « Par un manque cruel d’anticipation, une absence assumée de communication et un mépris affiché des attentes des étudiants, c’est l’image d’une réforme inaboutie dont vous devrez prendre la responsabilité aujourd’hui », écrivent-ils aux ministres de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, et de la Santé, Olivier Véran.

Les étudiants reprochent aux ministères de « marquer leur opposition sur des points discutés depuis des années et qui faisaient consensus entre tous les acteurs jusqu’ici », de refuser de fournir les classements à l’issue des EDN (examens dématérialisés nationaux, 60% de la note pour le choix de spécialité d’internat), de refuser de cadrer plus précisément la date des épreuves en laissant le champ libre aux facs, et de refuser de banaliser du temps pour le développement du parcours pour les étudiants de 6e année (parcours qui compte pour 10% de la note*).

Manifestant « incompréhension, lassitude, angoisse et rage » devant le retard accumulé et les « revirements incessants » des cabinets, l’Anemf demande à être reçue par les ministres.

 

*Les 30% restants dépendent des Ecos, ces « «examens cliniques objectifs et structurés » qui constituent la grande nouveauté de la réforme.

3 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…