Le recul de la médecine générale aux ECN démontré en un graphique 

18/09/2023 Par Marion Jort
Externat
Alors que la procédure de choix des ECN a pris fin vendredi 15 septembre, le recul du rang médian de la médecine générale se confirme selon les premiers calculs. De son côté, le collège national des généralistes enseignants se félicite que les postes aient été pourvus dans la totalité.  

 

“On observe clairement un recul du choix de la médecine générale chez les futurs internes. Malheureusement, à cause de l’annonce de la quatrième année d’internat, on s’y attendait”, nous confiait Florie Sullerot, présidente de l’Intersyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale vendredi dernier à quelques heures de la fin de la procédure de choix des spécialités. 

Ce recul s’observe plus particulièrement dans le recul du rang médian de la médecine générale… En témoigne un graphique réalisé par l’internaute MrFDA sur le réseau social X (anciennement Twitter). “Le décrochage des choix en MG cette année est massif, et du jamais vu depuis la création des nouveaux DES* en 2017 (en replacement notamment de DESC réalisés après un internat de MG)”, écrit-il en publiant un graphique résumant les choix de tous les candidats.  

Une image contenant Tracé, capture d’écran, ligne, texteDescription générée automatiquement
DR MrFDA

 

 

La médecine générale fait le plein 

Si les médecins ont été nombreux à déplorer ce constat, le Collège national des généralistes enseignants (CNGE), de son côté, s’est félicité de l’attrait de la spécialité pour les futurs internes. “Le passage du DES à 4 ans n’a pas altéré l’élan de plus en plus grand pour la spécialité médecine générale. Les 3 645 postes ouverts ont tous été choisis, et seuls 8 postes relevant des CESP n’ont pas été pourvus. La médecine générale fait partie des spécialités dont tous les postes sur liste principale ont été choisis, ce qui n’est pas le cas pour 5 autres”, écrit son président, le Pr Olivier Saint-Lary dans un communiqué.  

Selon le CNGE, 99,8% des postes ouverts en médecine générale ont été pourvus au total, “taux historiquement le plus haut et jamais atteint depuis que ces chiffres sont comptabilisés (en 2004)”. “Le DES de médecine générale à 4 ans est ainsi plébiscité”, estime-t-il encore.  

Le Pr Olivier Saint-Lary regrette toutefois que la répartition des postes ouverts “ait surchargé deux inter-régions (Centre-Val-de-Loire et Île-de-France) au mépris des possibilités de formation et malgré les alertes des universitaires de médecine générale”. Pour le CNGE, il est maintenant nécessaire que les moyens donnés à la formation en médecine générale “rejoignent ceux des autres spécialités”. “Cette demande émane non seulement des étudiants et des universitaires, mais aussi des inspections générales de la santé et de l’enseignement supérieur”, assure-t-il.  

 

*Diplôme d’études spécialisées 

Vignette
Vignette
6 commentaires
6 débatteurs en ligne6 en ligne
Photo de profil de B M
4 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 7 mois
Il faudrait voir qui concerne cet élan de plus en plus grand, et les objectifs réels de ceux qui choisissent MG. ...Lire plus
Photo de profil de François  Durepaire
2,3 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 7 mois
La politique tarifaire de la Sécu fait aimer de plus en plus la chirurgie et la médecine esthétiques aux étudiants,y compris ceux qui choisissent Médecine Générale à l’ECN…...Lire plus
Photo de profil de Eric Semeria
2,4 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique
il y a 7 mois
Bonjour, Ils ont raison au CNGE d'être content que tous les postes soit pourvus parce que 9484 postes pour 9000 étudiants çà fait environ 5% de postes qui vont rester vacants Mais 0% pour les MG Do...Lire plus

La sélection de la rédaction

Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17
"Ils ont une peur primaire de la psychiatrie" : pourquoi les étudiants en médecine délaissent cette spécialité
27/02/2024
28
Podcast
"C'est assez intense" : reportage dans un centre de formation des assistants médicaux
01/03/2024
9