[COVID-19] Tour de France des initiatives régionales | egora.fr
PUB

Dossiers du moment

Vous êtes ici

A+ A-

[COVID-19] Tour de France des initiatives régionales

une dizaine de fiches procédures, protocoles, recommandations, messages prévention en lien avec le coronavirus. Les cabinets « non essentiels » ont été fermés : plus de consultations de sages-femmes sur site (sauf les suivis de grossesse pendant des créneaux dédiées), les dentistes ne voient que les urgences et les infirmières privilégient le domicile. Une cellule d’écoute et de soutien – avec le psychologue de la MSP de Tomblaine – a aussi été mise en place, et un renforcement de la fréquence de nettoyage de la MSP a été initié.
Trois filières de soins spécifiques ont également été créées, dont une Covid19 : consultations présentielles pour pathologies aigues avec signes infectieux respiratoires/ORL/syndrome grippal… Un double système de régulation des patients a été mis en place (prise de rendez-vous vers un créneau filière dédiée et deuxième filtrage dès l'entrée par un régulateur volontaire issu du pool de professionnels «non essentiels» ayant fermé son cabinet, afin de s’assurer que le bon patient est dans la bonne filière)

 

> La CPTS de la Rabelaisie (Centre Val-de-Loire) a réquisitionné le local des kinésithérapeutes pour en faire un centre d’accueil des cas suspects de Covid-19. « On s’adapte constamment. En un mois, nos circuits ont totalement changé, explique à La Nouvelle république, Laurent Bréchat, médecin généraliste à la MSP du Véron, à Avoine. Par exemple, le box de soins non programmés Covid-19 est destiné aux patients qui ont été évalués cliniquement. Ils ont deux critères : ce ne sont pas des urgences vitales et on sait qu’on ne va pas pouvoir les évaluer seulement à distance. » La maison de santé du Véron reçoit environ vingt patients atteints du Covid-19 par jour.

 

> Une enquête flash vous interroge sur les évolutions organisations mises en place par les équipes pluriprofessionnelles durant cette épidémie. Objectif de cette enquête nationale ? Établir un état des lieux de la situation sur le terrain et des difficultés auxquelles les professionnels ont dû faire face ; comprendre les solutions concrètes mises en œuvre pour répondre à cette situation ; et compléter les remontées d’information et permettre un retour aux équipes pour capitaliser sur les expériences des équipes sur le terrain. Elle est menée dans le cadre des travaux du réseau Accord (assembler, coordonner, comprendre, rechercher, débattre en soins primaires) en lien avec les instances des centres de santé (IJFR-FNCS-USMCS), des maisons de santé (AVECsanté), la Mission Respire (EHESP-Irdes-CNAMTS), et des professionnels de santé chercheurs en soins primaires.

 

> La CPTS du Pays de Bourges (Centre Val-de-Loire) a monté une plateforme téléphonique les 21 et 22 mars derniers, avec l’aide des médecins du travail de l'Association de prévention en santé travail du Cher (APST18). Objectif : soulager le centre 15. Une soixante appels ont été traités sur ces deux journées. « Pour un premier week-end, c'est un bon chiffre, affirme le Dr Thierry Stephan, médecin généraliste et membre du conseil d'administration de la CPTS au Berry Républicain. Cela représente les journées complètes d'environ deux généralistes. » 

 

> Le Cosem (Ile de France) a mis en place, le 26 mars dernier, des tests de dépistage du Covid-19 dans ses locaux de Miromesnil et Atlas, a expliqué le Dr Daniel Dimermanas, son directeur général au Parisien : « On a organisé deux files de patients à l'extérieur des centres, explique le directeur, dentiste de formation. Une file normale et une pour les patients présentant des symptômes suspects. » Ce dernier vise « 500 à 600 tests par jour », et se pose « en soutien aux hôpitaux, pour éviter qu’ils soient débordés » : « « Nous sommes juste solidaires. Solidaire avec l'hôpital, solidaire avec la population qui, en plus de subir le confinement, n'a pas à devoir s'inquiéter pour sa santé. » Pour éviter tout mouvement de file et toute contamination, le centre a positionné des vigiles à l’extérieur des centres de santé. Un masque est remis à toute personne pénétrant dans les locaux.

 

[APPEL À CONTRIBUTION] Vous avez mis en place en place une action au niveau de votre territoire ou de votre région. Racontez-nous ! (par mail : kramsay@gmsante.fr)

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…