Démissions en série, arrêts maladie… Le retour d’un médecin suspendu sème la pagaille à l’hôpital de Gap | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Démissions en série, arrêts maladie… Le retour d’un médecin suspendu sème la pagaille à l’hôpital de Gap

Quatorze médecins de l’hôpital de Gap (Provence-Alpes-Côte d'Azur) se sont mis en arrêt maladie pour protester contre le retour d’un praticien, suspendu deux ans auparavant après avoir dénoncé les pratiques d’un confrère. Près de 200 agents ont manifesté devant l’établissement samedi dernier. 
 

Le retour du Dr Raouf Hammami, 52 ans, a provoqué une vague de protestations au sein du centre hospitalier de Gap (Provence-Alpes-Côte d'Azur). Quatorze médecins se sont mis en arrêt maladie depuis le retour du chirurgien orthopédique, suspendu depuis deux ans après avoir dénoncé les pratiques d’un confrère. 

En 2018, alors chef du service de chirurgie orthopédique et traumatologique de l’hôpital, ce médecin avait alerté sur une technique expérimentée par le Dr Gilles Norotte en dehors de tout cadre légal. Il l’accusait d’avoir utilisé ses patients comme “cobayes”, en ayant recours à une technique non validée en France, la cimentoplastie discale. Des faits pour lesquels une enquête pénale est en cours. 

Après une expertise commandée par l’Agence régionale de Santé (ARS) aboutissant à un “rapport accablant” et plusieurs plaintes de patients -dont certains ont dû être réopérés suite à des complications liées aux opérations-, le Dr Norotte a fini par être suspendu pour une durée d’au moins six mois, révélait RTL le 5 février dernier. 

Le Dr Hammami avait quant à lui été accusé de harcèlement et menaces en interne. Depuis son retour, accordé par l’ARS, le 22 mars dernier, les tensions sont vives au sein du centre hospitalier. Quatorze médecins se sont mis en arrêt maladie, tandis que certains ont démissionné de leurs fonctions administratives pour témoigner leur désaccord.  

 

Manifestation 

Suite au départ de la dizaine de médecins, des opérations ont dû être déprogrammées, faisant craindre “des pertes de chances pour certains patients”, témoigne à l’AFP le Dr Thierry Craviari, chirurgien orthopédiste, lui-même en arrêt. En pleine épidémie de Covid,  un collectif de soignants s’inquiète également d’“une rupture des prises en charge traumatologiques” dans le service de chirurgie et a lancé une pétition

Près de 200 membres du personnel, agents et soignants, ont par ailleurs manifesté samedi 3 avril devant l’hôpital, inquiets pour l’avenir des services de chirurgie et du bloc opératoire, rapporte le Dauphiné libéré. “Depuis quinze jours, le retour d’un médecin génère à nouveau un stress énorme dans les équipes. On n’arrive plus à se concentrer. On a peur de faire des bêtises. Si je m’arrête, c’est parce que je n’arrive plus à travailler”, confie un praticien. 

Dans les colonnes du Dauphiné libéré, l’avocat du Dr Hammami indique que “si la permanence des soins est mise en péril, ça ne sera en aucun cas du fait du Dr Hammami qui, depuis sa réintégration, assure avec conscience sa mission de praticien hospitalier”. De son côté, la direction de l’établissement assure qu’elle met “tout est œuvre pour garantir la permanence des soins”. Des renforts pourraient être mobilisés, précise l’ARS. 

 

[avec Le Dauphiné libéréBFMTV et AFP] 

4 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…