Un chirurgien qualifie la vaccination de "génocide" : l'ARS dénonce des "propos inacceptables" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Un chirurgien qualifie la vaccination de "génocide" : l'ARS dénonce des "propos inacceptables"

Le président de l'Agence régionale de santé (ARS) Occitanie a condamné ce mercredi 25 août les propos d'un chirurgien de l'hôpital de Tarbes qui avait déclaré lors d'une manifestation anti-pass et anti-vaccins que la vaccination contre le Covid-19 était "un génocide".

Ce sont "des propos inacceptables de la part d’un médecin en période de crise sanitaire", a déclaré Pierre Ricordeau, directeur de l’ARS Occitanie, lors d'une conférence de presse ce mercredi. Ce dernier fait référence aux propos tenus par un chirurgien orthopédiste de l’hôpital de Tarbes (Hautes-Pyrénées) en marge de la manifestation anti-pass et anti-vaccins qui s'est tenue ce samedi 21 août. Comme le montre une vidéo publiée par la Dépêche du Midi, le praticien a qualifié la vaccination contre le Covid-19 de "génocide" et appelé les 800 personnes présentes ce jour-là devant le centre hospitalier à la boycotter. 

"Cette injection n'est pas un vaccin, c'est une thérapie génique et expérimentale qui ne peut pas être rendue obligatoire. [...] Cette injection est responsable de complications. Alors on appelle ça des effets indésirables mais ça s’appelle des complications. Ce qui se passe actuellement est dramatique car à l’hôpital, depuis hier (vendredi 20 août), deux jeunes de 17 et 20 ans ont des myocardites, deux jours après la vaccination", ajoutait alors le chirurgien, invitant à privilégier d'autres solutions thérapeutiques comme "l’hydroxychloroquine, l'azithromycine, l’ivermectine, le zinc, la vitamine D, la vitamine C".

A l'issue de cette manifestation, la direction du centre hospitalier de Bigorre, se disant "choquée" par ces propos "médicalement mensongers et anxiogènes" dans un communiqué diffusé ce jeudi, a fait un signalement à l'Agence régionale de santé. Ce mercredi, l'ARS a annoncé à son tour qu'elle allait faire un signalement au procureur de la République. Par ailleurs, l’Ordre des médecins et le Centre national de gestion auraient été saisis, selon France 3.

[avec La Dépêche du Midi et France 3]

65 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…