Appel à fermer les cabinets le samedi matin : "Il faut alléger la charge de travail des généralistes" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Appel à fermer les cabinets le samedi matin : "Il faut alléger la charge de travail des généralistes"

Depuis le mois de décembre dernier, le syndicat MG France appelle les médecins généralistes à fermer leurs cabinets le samedi matin.
Depuis le mois de décembre dernier, le syndicat MG France appelle les médecins généralistes à fermer leurs cabinets le samedi matin. Objectif : que les samedis matin fassent partie de la permanence des soins ambulatoires (PDSA) pour alléger la charge de travail des praticiens.

"A l'heure où on demande aux généralistes de s'impliquer dans la prise en charge de la population sur les territoires, il faut impérativement alléger la charge de travail qui pèse sur eux et qui est un frein à l'installation", revendique le Dr Jacques Battistoni, président du syndicat MG France. Il souhaite donc que la continuité des soins soit réduite aux cinq jours de la semaine de 8h à 18h et que le week-end fasse partie de la permanence des soins. "Il ne s'agit pas d'augmenter les honoraires mais de permettre au médecin de choisir le temps de travail qui lui convient à l'intérieur de ces horaires et d'organiser plus facilement la continuité et la permanence des soins". 

Ainsi, selon le Dr Battistoni, seules les gardes organisées seront facturées au tarif de la PDSA. Les médecins qui souhaiteront continuer à exercer le samedi consulteront aux tarifs habituels.

MG France demande également des moyens pour assurer la continuité des soins dans le cadre du service d'accès aux soins. "A mission nouvelle, il faut des moyens nouveaux. Sans ces moyens, le service d'accès aux soins ne sera qu'une opération de communication et ne sera pas au service de la population", martèle le Dr Battistoni.

Selon le syndicat des moyens sont nécessaires pour la régulation. "Il faudrait entre 140 et 200 millions d'euros en année pleine pour organiser une régulation libérale sur l'ensemble des territoires avec des médecins généralistes et des opérateurs de soins non programmés chargés de répondre au téléphone et pour lesquels les médecins régulateurs seront en deuxième ligne pour trancher les cas les plus difficiles". Un local et des outils électroniques et téléphoniques seront également à financer pour organiser le service d'accès aux soins. "Il faudra aussi financer des effecteurs, à savoir des médecins généralistes qui mettent à disposition du service d'accès au soins quelques créneaux dans leurs agendas. Ils auront donc besoin d'outils modernes de prise de rendez-vous pour partager les disponibilité des agendas", calcule le Dr Battistoni qui note que ces frais ne feront pas parti du forfait structure. Enfin, il réclame "une bonification des actes des médecins effecteurs".

Le syndicat de médecins généralistes appelle donc les praticiens à fermer les cabinets les samedis matin jusqu'à ce que cette matinée soit officiellement inscrite dans la permanence des soins. Si la président de MG France ne sait pas combien de généralistes mettent sa menace à exécution, il estime que ¾ des médecins sont d'accord avec cette mesure.

9 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…