Loi de santé : ces zones d'ombre qui inquiètent les médecins | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Loi de santé : ces zones d'ombre qui inquiètent les médecins

La boucle est bouclée : mercredi 13 février, un an jour pour jour après le discours fondateur du Premier ministre, le projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé a été présenté en conseil des ministres. Suppression du numerus clausus et des ECN, refonte de la carte hospitalière, recertification… le texte qui sera débattu à l'Assemblée en mars aura d'énormes répercussions. Mais il est "parsemé de blancs et de flous", déplorent les syndicats, qui s'inquiètent du recours massif aux ordonnances.

 

"Sincèrement, je suis extrêmement inquiet à propos de ce projet de loi." Au micro de France Info, mercredi matin, le Dr Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France (FMF), ne cache pas son amertume : le projet de loi de santé lui a été présenté "dans une conférence téléphonique". "Le Gouvernement avance à marche forcée avec une concertation minimale", déplore-t-il.

 

"Un massacre pour la profession"

 

Un sentiment partagé par l'ensemble des représentants de la profession. "Le projet de loi est parsemé de blancs et de flous qui devraient être remplis par ordonnances et décrets", tacle le Dr Jérôme Marty, de l'UFML syndicat, qui présage "un massacre pour la profession". Deux décrets détermineront ainsi les modalités d'accès aux études de médecine, ainsi qu'au 3ème cycle, tandis que des ordonnances seront dédiées à la (re)certification des médecins, au statut unique de praticien hospitalier, aux hôpitaux de proximité, au régime des autorisations ainsi qu'à la prescription dématérialisée. "La santé relève d'une consultation prolongée et de l'engagement de tous ses acteurs, patients et soignants, tel n'a pas été le cas", dénonce Jérôme Marty. "Il faut que nous contribuions, il faut que nous soyons entendus, a insisté de son côté le président du Cnom, le Dr Patrick Bouet, lors du Grand débat organisé par l'Ordre mardi 12 février. Nous ne pouvons pas nous permettre un échec."

"On pourrait rester dans la critique constante, se lamenter. Moi je fais partie de ceux qui se retroussent les manches", rétorque le Dr Thomas Mesnier, médecin urgentiste et député LREM, co-rapporteur du projet de loi. "On a bien défriché le terrain pendant un an de...

10 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…