DMP : pourquoi il pourrait enfin fonctionner | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

DMP : pourquoi il pourrait enfin fonctionner

s'équipent déjà en masse pour le DMP. Dans les 9 départements qui ont participé à la phase pilote, 8000 officines se sont mises à jour "et des centaines d'officines s'équipent chaque jour", assure Nicolas Revel.

Reste à connecter l'ensemble des dossiers patients informatisés des établissements de santé au DMP.

 

  • Le médecin n'est plus seul en charge

"Avant, pour ouvrir un DMP, il fallait que soit le médecin, en face à face avec son patient", rappelle Nicolas Revel. Mais ça, c'était avant. Le temps médical étant devenu particulièrement précieux, les pouvoirs publics ont veillé à ce que la charge du DMP n'incombe plus au seul médecin traitant.

Pour atteindre l'objectif de 40 millions de DMP ouverts dans les quatre prochaines années, la Cnam a multiplié les possibilités et les opérateurs : si le patient est dans l'incapacité d'ouvrir son DMP seul sur internet (www.dmp.fr) avec sa carte vitale, d'autres professionnels peuvent le faire en 30 secondes top chrono, promet-on. Les pharmaciens, qui voient défiler 150 à 200 patients dans leur officine chaque jour, seront rémunérés à hauteur de 1 euro par DMP ouvert. Tout autre professionnel de santé muni d'une CPS pourra également le faire, tout comme les secrétaires médicales et les personnels administratifs des établissements (avec une carte CPE).

Tous ces professionnels sont appelés à alimenter le DMP avec les résultats d'analyses biologiques, d'examens d'imagerie, les divers comptes-rendus (consultation, hospitalisation, opératoire, accouchement…), les bilans de soins infirmiers, etc. Quant à la Cnam, elle y versera dès l'ouverture l'historique des remboursements (médicaments, actes, soins, hospitalisation, etc.) des deux dernières années.

En revanche, tous les professionnels ne pourront pas consulter l'intégralité du DMP. Une grille d'habilitation a été définie, restreignant par exemple l'accès d'un orthophoniste ou d'un ergothérapeute à certaines rubriques.

 

  • Le DMP pourrait vous être (vraiment) utile

Synthèse, pathologies et allergies, traitements médicaments, analyses, imagerie, données de remboursement, prévention, certificats : le dossier s'articule autour de huit volets. La Cnam compte également y intégrer prochainement les directives anticipées et les vaccinations.

Mais pour le Dr Jean-Michel Lemettre, généraliste à Amboise (Indre-et-Loire), "son usage va dépendre de son contenu". Appelé à témoigner de son expérience, le médecin considère qu'un DMP, aussi fourni soit-il, n'est véritablement exploitable que si le médecin traitant y a intégré son volet de synthèse médical (VSM), constitué à partir du logiciel métier. Ce document, dont le contenu a été défini fin 2013 par la HAS et l'Asip santé et qui fait l'objet d'une incitation financière dans le cadre...

19 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…