Mort d'un bébé à cause des forceps : 6 mois avec sursis pour le gynéco | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Mort d'un bébé à cause des forceps : 6 mois avec sursis pour le gynéco

Un gynécologue-obstétricien du Nord-Isère a été condamné à six mois de prison avec sursis pour homicide involontaire, après la mort d’un nourrisson, deux jours après sa naissance, en février 2013. L’enfant était né à la clinique St Vincent de Paul à Bourgoin-Jallieu, avec le crâne défoncé à cause de l’utilisation de forceps. En détresse respiratoire, le bébé avait été transféré à l’hôpital Femme-Mère-Enfant de Bron, où il était décédé deux jours plus tard. Le gynécologue avait reconnu "un enchaînement effroyable dont il n’a pas mesuré les conséquences". [Avec lyonmag.com ]

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…