Échographie en médecine générale : mode d'emploi | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Échographie en médecine générale : mode d'emploi

Mieux faire connaître l’échographie comme outil capable d’accroître l’efficience du médecin généraliste, c’est là l’objectif du Congrès d’échographie générale dont la deuxième édition se tient au Palais des congrès de Paris du 21 au 23 juin. Entretien avec le Dr Jean-Marie Bourgeois, professeur honoraire des Universités, président du Centre francophone de formation en échographie

 

 

Egora – Le Panorama du Médecin : En France, la pratique de l'échographie demeure encore peu répandue en soins primaires…

Dr Jean-Marie Bourgeois.  Je reconnais en effet que l’échographe peine à trouver sa place dans les cabinets de médecine générale français. Et c’est bien dommage… D’autant qu’aujourd’hui, la plupart des spécialistes ont adopté ce précieux outil dans leur pratique quotidienne. C’est le cas notamment des médecins urgentistes pour qui l’échographe portable, utilisable directement au lit du malade, a démontré son efficacité. On estime qu’en France seulement 5 à 8% des généralistes seraient concernés… Ces chiffres varient en fonction des études mais également en fonction des régions. Dans les zones rurales et semi-rurales,  les médecins généralistes auront ainsi davantage tendance à se former à cette technique d’imagerie médicale afin de pallier le déficit d'échographistes dans les milieux isolés. 

Mais en Allemagne par exemple, la pratique de l’échographie en soins primaires est courante : près d’un généraliste sur deux l’aurait intégrée dans son exercice quotidien. Outre-Rhin, l’échographie est perçue comme un prolongement de l’examen clinique… C’est bien pourquoi, je le surnomme "le stéthoscope du 21ème siècle".

 

Quelles sont les indications en médecine générale ?

Il existe une cinquantaine d’indications, validées par la littérature scientifique, pour lesquelles le généraliste, sous réserve d’une formation adaptée, peut obtenir des diagnostics échographiques ou clinico-échographiques sûrs. Il s’agit d’examens échographiques apportant une réponse binaire, c’est à dire affirmant, ou au contraire, excluant un diagnostic. L’échographie permet ainsi d’affirmer, ou d’exclure une phlébite emboligène des membres inférieurs...

Sources : 
D’après un entretien avec le Pr Bourgeois.
21 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…