"Nous sommes sur un rythme de promenade de famille" : quand Macron s’emporte contre la lenteur de la vaccination  | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Nous sommes sur un rythme de promenade de famille" : quand Macron s’emporte contre la lenteur de la vaccination 

Assurant, le soir de ses vœux aux Français, qu’il ne tolérerait aucune lenteur injustifiée dans la campagne de vaccination contre le Covid, le chef de l’Etat a poussé un coup de colère en coulisses contre sa mise en place laborieuse.  

La France est en guerre. En guerre contre le Covid, ainsi que l’affirmait Emmanuel Macron le 16 mars dernier lors de l’annonce du premier confinement. Depuis, le Gouvernement se targue d’avoir multiplié ses efforts sur tous les fronts : masques, dépistage, traçage. Et désormais, la vaccination. Or, beaucoup de professionnels de santé et d’élus de tous bords dénoncent sa mise en place beaucoup trop longue et laborieuse. A la date du 4 janvier, seules 516 personnes ont reçu une injection dans l'hexagone, selon les données de CovidTracker.  

S’il a promis lors de son allocution du 31 décembre qu’il ne tolérerait “aucune lenteur injustifiée” dans la vaccination, Emmanuel Macron se montre visiblement plus fébrile en coulisses, d’après des propos rapportés par le Journal du Dimanche. “Nous sommes sur un rythme de promenade de famille, et ce n’est à la hauteur ni du moment, ni des Français”, s’est ainsi énervé le chef de l’Etat allant jusqu’à marteler au téléphone à divers interlocuteurs : “Moi, je fais la guerre le matin, le midi, le soir et la nuit.” 

 

“Ca va changer vite et fort” 

Emmanuel Macron attend de ses équipes un engagement similaire. “Or là, ça ne va pas. Ça doit changer vite et fort, et ça va changer vite et fort”, assure-t-il également en coulisses. Établissant un parallèle avec les Etats-Unis, qui “auront eu plus de morts du Covid que durant la Seconde Guerre mondiale”, il jure aussi que la France “peut et doit gagner cette guerre” et qu’elle “la gagnera”, rapporte le JDD. L’un des points qui agace le plus le président ? Que les médecins volontaires ne puissent pas se faire vacciner immédiatement pour donner l’exemple à leurs patients. Ce qui explique d’ailleurs le changement de décision d’Olivier Véran, qui annonçait le 30 décembre que les professionnels de santé de plus de 50 ans et à risque pourraient se faire vacciner en priorité.   

Lors du conseil de défense organisé la semaine dernière, les membres du Gouvernement ont d’ailleurs bien senti...

35 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…