Le jour où les internes de l'Hôtel-Dieu ont sauvé Notre-Dame des flammes | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Le jour où les internes de l'Hôtel-Dieu ont sauvé Notre-Dame des flammes

C'est un épisode glorieux de l'histoire des hôpitaux, qui fait réminiscence aujourd'hui. Le mercredi 24 mai 1871, face à l'avance des troupes versaillaises, les Communards ordonnent de mettre le feu à Notre-Dame de Paris. Bravant le brasier, des internes de l'Hôtel-Dieu tout proche se lancent à l'assaut de la cathédrale…
 

 

Notre-Dame auréolée d'orange, sa tour brisée par les flammes, la charpente dévastée et les lances bien dérisoires des pompiers de Paris : le soir du 15 avril 2019 a d'ores et déjà imprimé sa marque dans tous les esprits. Mais l'histoire, parfois, bégaie. Il y a un siècle et demi, la cathédrale a bien failli connaître un sort identique. Retour sur cet épisode de l'histoire de la Commune.

Mai 1871, Paris assiégée. Les troupes du gouvernement Thiers lancent l'assaut face à une dizaine de milliers de combattants communards. La "semaine sanglante", comme on la surnommera plus tard, constitue le point d'orgue de la Commune de Paris. Elle se soldera par la reprise en main de la capitale et le massacre des insurgés. Mais pour l'heure, les combats font rage au pied des barricades, et les Versaillais progressent pied à pied face à des fédérés déterminés.

C'est alors que le Comité de salut public, organe de direction de la Commune, ordonne de mettre le feu à Paris. La mesure, mi-tactique, mi-symbolique, semble faire écho aux mots de la révolutionnaire Louise Michel : "Paris sera à nous ou n'existera plus". Ordre est porté dans les rues de la capitale de réduire en cendres certains édifices emblématiques. Parmi eux, Notre-Dame de Paris, symbole d'une Église réputée acquise au pouvoir.

 

Sur ordre du Comité de salut public

"Dans la nuit de mardi à mercredi, je m'étais endormi sur un fauteuil de la salle de garde. Vers trois heures du matin, alors que je le jour commençait à poindre, je fus éveillé par des cris qui venaient de la rue", relate dans les colonnes du Temps un certain Hanot, interne à l'Hôtel-Dieu. A la porte, un lieutenant de la garde nationale, entouré d'une vingtaine d'adolescents nageant sous leur képis. Fusils au poing, ils sont venus réquisitionner du matériel au nom de la Commune.

"Un des infirmiers chargés de satisfaire à ces ordres apprit de ces hommes qu'ils avaient mission d'incendier Notre-Dame", poursuit le jeune homme. "Nous nous approchâmes de l'officier...

5 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…