"Dr" Romand, médecin imaginaire prêt à tout pour son secret | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Dr" Romand, médecin imaginaire prêt à tout pour son secret

[REDIFF] - Pendant plus de 15 ans, le docteur Jean-Claude Romand a menti à sa famille et à ses proches. Celui que tout le monde croyait chercheur à l’OMS, au train de vie confortable, n’a en fait jamais validé sa deuxième année de médecine. Alors que son secret risquait d’être découvert, il a tué sa famille. Il est libérable depuis 2015, mais le tribunal a décidé ce vendredi de demander un complément d'informations, et de rendre sa décision dans les prochains jours.

 

"Jean-Claude Romand avait une double vie dont il était le seul à connaître l’existence, explique Jean-Yves Coquillat, premier substitut au tribunal de Bourg-en-Bresse. Ni ses intimes ni même sa femme ne l’ont soupçonné."

Au début des années 1980, un jeune couple s’installe dans le cossu pays de Gex. Jean-Claude est chercheur à l’OMS à Genève, Florence est pharmacienne. A deux pas de la frontière suisse, y vivent des cadres supérieurs, des fonctionnaires internationaux et des commerçants aisés, profitant à la fois de l’art de vivre à la française et des salaires suisses. Le jeune couple n’a pour le moment qu’un petit appartement, mais compte bien améliorer sa situation.

 

"C'était tellement dans sa nature de ne pas se vanter"

 

Et la réussite leur sourit. Voilà deux enfants, une belle villa, une BMW. Florence a tenu à ce que les enfants soient inscrits dans le privé, à l’institut Saint-Vincent, tout à côté de Prévessin-Moëns, une des écoles les plus choyées du département. Jean-Claude, lui, est plutôt discret. "Solide, silencieux, les pieds bien sur terre comme un sapin de son Jura", dit l’un de ses amis. Son assurance et sa stature de chercheur lui ont valu auprès de ses parents et dans sa belle-famille le rôle rassurant de confesseur. Pour un problème de santé, c’est à lui qu’on confie son corps. Pour un problème d’argent, c’est à lui qu’on confie son compte. Ce ponte de l’OMS assure que grâce à ses relations, il peut enrichir ses proches en plaçant leurs économies en Suisse. Il fréquente le milieu médical, est abonné à toutes les revues spécialisées, débat sur la culture cellulaire.

Un soir, autour d’un dîner intime, on l’interroge sur ses études. "Je n’ai jamais voulu vous le dire, cela aurait paru prétentieux. Mais j’ai été reçu cinquième à l’internat de Paris", annonce tranquillement Jean-Claude à l’assemblée. Même sa femme Florence est ébahie. "C'était tellement dans sa nature de ne pas se vanter que, pour nous, cela confortait encore une image que nous avions de lui", se souvient un des convives, ami de faculté de Romand. Ensemble, à Lyon, ils ont bûché leur première année : seul Jean-Claude l’a eue.

Mais après quelques années d’aisance, la situation se complique. L’argent vient à manquer, la banque menace, les traites de la BMW sont rejetées et, faute de rapports, ses amis...

19 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…