Les kinés autorités à pratiquer des actes de télésoin | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Les kinés autorités à pratiquer des actes de télésoin

Un arrêté, publié samedi 18 avril au Journal officiel, permet dorénavant aux kinésithérapeutes d’exercer à distance, par vidéo transmission, sous certaines conditions.
 

Il s’agissait d’une demande urgente. Alors que la plupart des cabinets ont fermé, un arrêté, publié samedi 18 avril au Journal officiel, permet désormais aux kinésithérapeutes de pratiquer le télésoin dans certaines conditions. Les professionnels libéraux, “ou les autres structures”, peuvent ainsi facturer ces actes à l’Assurance maladie.

Ceux-ci sont toutefois “conditionnés à la réalisation préalable, en présence du patient, d'un premier soin par le masseur-kinésithérapeute”, précise l’arrêté. Pour les mineurs de 18 ans, la présence d’un majeur autorisé est indispensable. Et pour les patients présentant une perte d’autonomie, la présence d’un aidant est nécessaire. “Pour les patients, c’est une victoire, se réjouit Pascale Mathieu, présidente de l’Ordre des kinésithérapeutes. Certains me disent déjà qu’ils perdent en autonomie, qu’ils deviennent plus raides. Ils me demandent de les aider.”

Presque tous les actes peuvent être facturés (Rééducation de tout ou partie de plusieurs membres, d’un membre et de sa racine de l’hémiplégie, rééducation pré-opératoire ou post-opératoire, des maladies respiratoires, obstructives, restrictives ou mixtes,...), à l’exclusion des bilans initiaux et des renouvellements de bilan. “Cela permettra aux professionnels d’exercer sereinement car jusqu’ici, ils n’étaient pas protégés par leur RCP”, Sébastien Guérard, président de la Fédération française des masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs (FFMKR). Même si, selon François Randazzo, président du syndicat de kinés Alizekine, “la priorité reste l’organisation de la prise en charge à domicile des patients à l’état de santé précaire”.

Le patient, comme le kinésithérapeute, peuvent utiliser une plateforme sécurisée ou encore les outils de vidéotransmission comme Whatsapp, Facetime, Zoom etc. autorisés en période d’épidémie du Covid-19 après accord du patient. Des discussions sont, par ailleurs, en cours pour créer les bases du télésoin dans la durée, assure Pascale Mathieu. “Je pense que ça va être un coup d’accélérateur”, estime la kiné qui exerce en activité libérale.

 

2 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…