IVG : "Nous ne sommes pas là pour retirer des vies", les propos chocs du président du syndicat des gynécos | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

IVG : "Nous ne sommes pas là pour retirer des vies", les propos chocs du président du syndicat des gynécos

 général de l'Observatoire de la Laïcité, Nicolas Cadène, a également souligné qu'"un refus d'un médecin ne peut s'accompagner d'une quelconque pression ou de prosélytisme religieux".

De fait, selon l'article L2212-8 du Code de la santé publique, "un médecin n'est jamais tenu de pratiquer une IVG", de même qu'"aucune sage-femme, aucun infirmier ou infirmière, aucun auxiliaire médical, quel qu'il soit, n'est tenu de concourir" à cet acte médical. En cas de refus, le médecin doit cependant "communiquer immédiatement le nom de praticiens susceptibles de réaliser cette intervention".

Le Syngof avait affirmé dans un communiqué début août que "ce n'est pas en retirant leur éthique et leur conscience aux médecins que la nation permettra un égal accès à l'avortement pour les françaises qui le demandent". Ce syndicat revendique "1.600 adhérents à jour de cotisation", soit moins d'un quart des 6.748 gynécologues recensés en 2017 par l'Ordre des médecins.

[Avec AFP]

56 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…