Eular 2018 : L’apport des traitements biomécaniques dans la gonarthrose | egora.fr
PUB

Dossiers du moment

Vous êtes ici

A+ A-

Eular 2018 : L’apport des traitements biomécaniques dans la gonarthrose

De nombreux essais ont été consacrés aux différentes formes d’arthrose lors du congrès de l’European League Against Rheumatism (Eular), qui vient de se dérouler à Amsterdam du 13 au 16 juin 2018. Certains, faisant notamment appel à des traitements physiques, apportent à nouveau regard à la prise en charge de cette pathologie fréquente. Ainsi, semelles et orthèses pourraient constituer des traitements efficaces dans la gonarthrose

L’utilisation de chaussures spéciales (système Apos) semble prometteuse. Ces chaussures comportent deux demi-balles convexes en caoutchouc, réglables pour chaque patient, sous le talon et l’avant-pied. Cela permet de diminuer les contraintes mécaniques de pression au niveau du genou et contribuent à renforcer les muscles des membres inférieurs.

L’étude randomisée Biotok conduite chez 220 patients avec une gonarthrose, a mis en évidence une diminution significative du score de douleur à 6 mois dans le groupe de 111 patients ayant porté ces chaussures : - 1,34 point (p < 0,001) en comparaison du groupe de 109 patients ayant porté des chaussures témoins (S. Reichenbach et al., Université de Bern, Suisse). Les malades devaient porter chacune des catégories de chaussures, à raison de 30 minutes par jour au début de l’étude, puis de plus en plus longtemps (+ 10 minutes par jour chaque semaine), pour atteindre 5 heures par jour en fin d’étude à 6 mois. Le niveau de raideur et la fonction du genou arthrosique ont également été significativement améliorés avec les chaussures Apos. Il reste à déterminer si ces chaussures ont aussi un impact positif sur les lésions structurales de gonarthrose.

Par ailleurs, un autre essai randomisé, nommé Ergonomie, s’est intéressé aux effets d’une genouillère articulée, Odra, disponible sur le marché français depuis quelques années (A. Diaz et coll., CHU de Dijon). Cette orthèse réalise une distraction et une rotation du genou afin de réduire les contraintes sur le compartiment fémoro-tibial interne. L’essai a été conduit, sur demande de la Haute autorité de santé (HAS), chez 120 patients français de 7 centres avec une gonarthrose fémoro-tibiale interne douloureuse (plus de 40 mm sur l’échelle visuelle analogique, EVA). La moitié des patients a porté l’orthèse tandis que l’autre recevait des soins usuels, médicamenteux ou non. A un an, la réduction de la douleur évaluée sur l’EVA (critère de jugement principal de l’étude) a été...

Sources : 

Congrès de l’European League Against Rheumatism (Eular), Amsterdam (13 au 16 juin 2018). D’après les communications de : A. Anis (Vancouver, Canada), M. Minten (Sint Maartenskliniek, Pays-Bas), G. Cai (Hobart, Australie), S. Reichenbach (Bern, Suisse), A. Diaz (Dijon), S. Kennedy (San Diego, États-Unis).

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…