exam

Questions polémiques sur Gaza lors d'un examen de médecine : un enseignant limogé

Après l'appel de 1 000 universitaires dénonçant des questions polémiques sur le conflit israélo-palestinien posées à des étudiants en médecine lors d'un examen, l'université Sorbonne Paris-Nord a pris la parole. Dans un communiqué, elle annonce notamment que l'enseignant à l'origine de cet examen ne sera pas reconduit. 

29/05/2024 Par Chloé Subileau
International
exam

L'université de Sorbonne Paris-Nord, située à Bobigny (Seine-Saint-Denis), a décidé de réagir. Depuis plus d'une semaine, la faculté fait face à une vive polémique. Celle-ci fait suite à une série de questions posées le 6 mai dernier, lors d'une épreuve de démographie et statistiques sur laquelle ont planché des étudiants en licence 2 accès santé (LAS), et portant sur le conflit israélo-palestinien. Ces questions, comme leur corrigé, sont apparus très politisés et en décalage avec les attendus de l'enseignement évalué.

Mercredi 22 mai, 1 000 professeurs de médecine et docteurs ont dénoncé ces documents dans une tribune publiée dans Le Point. Interpellant l'Ordre des médecins, ces universitaires y exprimaient "leur total désaccord" et "leur condamnation sans appel de [ces] 'question[s] d'examen' dont le contenu inadmissible et tendancieux ne présente aucune relation avec les études médicales", écrivaient-ils.

"Les formes de discriminations n'ont pas leur place à l'université"

 

Des propos auxquels a répondu la direction de l'université. Cette série de questions, "comme son corrigé, n'avaient […] pour partie pas de rapport avec le contenu de l'enseignement", reconnait l'université parisienne dans un communiqué, diffusé jeudi 23 mai. Citant le code de l'Education, elle rappelle que les enseignants-chercheurs "jouissent d'une pleine indépendance et d'une entière liberté d'expression dans l'exercice de leurs fonctions d'enseignement et de leurs activités de recherche", mais ce "sous les réserves que leur imposent […] les principes de tolérance et d'objectivité".

 

 

L'université assure également que l'enseignant vacataire à l'origine de cet examen "a été immédiatement convoqué par la doyenne de l'UFR" et ne sera "pas reconduit dans ses fonctions". "La question litigieuse ne sera, par ailleurs, par prise en compte pour l'évaluation" des étudiants, précise la direction de l'établissement, affirmant "que le racisme et toutes formes de discriminations n'ont pas leur place à l'université".

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Avocat  Du Diable

Avocat Du Diable

Non

Même si cette augmentation est justifiée , sur le plan fiscal c'est un massacre = pas d'abattement sur les charges sociales . Vous... Lire plus

4 commentaires
6 débatteurs en ligne6 en ligne
Photo de profil de Petit Bobo
2 k points
Débatteur Passionné
Autre spécialité médicale
il y a 18 jours
On comprend bien que l'enseignant rédacteur des questions sur Gaza soit sanctionné mais j'ai du mal à comprendre comment, entre la rédaction des questions et l'arrivée de celles çi sous les yeux des é...Lire plus
Photo de profil de Claire Restoueix Dr
392 points
Débatteur Renommé
Dermatologie et vénérologie
il y a 18 jours
merci d’arrêter de LIMOGER … gardez les votres on a assez des nôtres …...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17