Médecins intérimaires : le blocage des rémunérations hors plafond repoussé à 2022

22/10/2021 Par Aveline Marques
Politique de santé
Devant les vives inquiétudes manifestées par les établissements hospitaliers et les élus locaux, le ministère de la Santé a renoncé à mettre en œuvre l'article 33 de la loi Rist, qui permettait aux comptables publics de bloquer les rémunérations supérieures au plafond réglementaire, au 27 octobre.
 

Revers pour Olivier Véran. Le ministre de la Santé, auteur en 2013 d'un rapport sur le "mercenariat" médical, s'est résolu à différer la mise en œuvre de mesures visant à encadrer fermement les rémunérations d'interim. Adoptée au printemps 2021, la loi Rist prévoit ainsi dans son article 33 d'autoriser le comptable public à bloquer les rémunérations qui dépasseraient le plafond réglementaire, fixé depuis janvier 2020 à 1.140 euros par garde de 24 heures. Les contrats non réglementaires pourront également être dénoncés devant le tribunal administratif par le directeur de l'ARS.

La mesure devait entrer en vigueur le 27 octobre. Mais alors que le Covid a laissé les hôpitaux exsangues et que de nombreuses voix se sont élevées localement ces dernières semaines pour alerter sur le risque d'une aggravation de la pénurie de médecins dans les services, le ministre de la Santé a annoncé dans un communiqué du 21 octobre un nouveau calendrier de mise en œuvre de la réforme, en deux étapes. Dans un premier temps, des "travaux préparatoires" seront conduits, permettant de réaliser une cartographie de la situation actuelle de l'intérim et ainsi de mieux organiser "les modalités d'accompagnement" dans les territoires. L'"application stricte" de la réforme interviendra "dès que possible en 2022". Le ministre rappelle toutefois dans son communiqué "son engagement ferme et total dans la lutte contre le mercenariat de l’intérim médical", qui "met en difficultés les finances des hôpitaux publics et le fonctionnement des équipes médico – soignantes".

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17