Vers la suppression de la mention "homéopathie" sur les plaques des médecins ?

19/06/2018 Par Aveline Marques
Déontologie

Pris à partie par les signataires de la tribune anti "fake med" et saisi de plaintes des défenseurs de l'homéopathie, l'Ordre des médecins a tenu à préciser sa position déontologique sur les médecines alternatives et complémentaires. Et annoncé une révision de la liste des mentions que peuvent afficher les médecins sur leur plaque.

  "En 2018, l'Ordre des Médecins tolère des pratiques en désaccord avec son propre Code de déontologie", écrivaient en mars les signataires de la tribune anti médecine alternatives. Dès le 22 mars, l'instance nationale réagissait par communiqué et indiquait qu'il ne lui appartenait pas de se prononcer sur les aspects scientifiques du débat, renvoyant la balle dans le camp de l'Académie de médecine et du ministère de la Santé. "Ce que nous avons demandé est en route", a constaté le président du Cnom ce mardi : réaffirmant sa position de 2004, l'Académie a annoncé la mise en place d'un nouveau groupe de travail; quant à Agnès Buzyn, elle a exprimé sa volonté de saisir la Haute Autorité de Santé. Et maintenant ? Le Cnom a tenu à publier une nouvelle "mise au point" sur le plan déontologique. L'instance rappelle qu'un traitement ne peut "en aucun cas être alternatif aux données acquises de la science et à l'état de l'art", mais peut en revanche "comporter une prescription adjuvante ou complémentaire", comme de l'homéopathie, "après avoir délivré au patient une information loyale, claire et appropriée". Le code de déontologie interdit néanmoins "de présenter comme salutaires et sans danger des prises en charge ou des thérapeutiques non éprouvées" ou d'en faire la publicité. C'est seulement dans ce cadre déontologique que les instances ordinales peuvent intervenir contre les médecins contrevenants et l'Ordre a "agi de façon permanente et constante" sur le sujet bien avant la parution de la tribune, a défendu le Dr Bouet. De même, l'Ordre ne délivre pas les diplômes mais se borne à évaluer "les droits aux titres" pour 4 médecines complémentaires (homéopathie, acupuncture, ostéopathie et mésothérapie), a ajouté le Président, appelant l'Université et l'Agence du DPC à "faire le ménage" dans les formations. La mention d'homéopathie est attribuée depuis 1974. Mais si les autorités sanitaires retirent leur blanc-seing, l'Ordre "en tirera les conclusions", a assuré le Dr Bouet. D'autres mentions ne correspondant plus "à la réalité de l'exercice" ou qui "n'auraient pas fait la preuve de leur efficacité" pourraient également faire les frais d'une vaste révision de la liste tenue par l'Ordre, a annoncé le Dr Jacques Lucas. D'autres, en revanche, pourraient être autorisées dans le but d'apporter une information éclairée aux patients. Quant aux plaintes déposées contre certains signataires de la tribune pour "atteinte à la confraternité", la procédure s'annonce très longue.

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

0 commentaire
11 débatteurs en ligne11 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17