Criminaliser l’IVG après un viol pour destruction de preuve | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Criminaliser l’IVG après un viol pour destruction de preuve

Selon un projet de loi de l'Etat américain du Nouveau-Mexique (sud-ouest des Etats-Unis), une femme décidant d'avorter après avoir été victime d'un viol pourrait être accusée de "destruction de preuve" et faire un passage par la case prison. Une parlementaire républicaine, Cathrynn Brown, est à l'origine de la proposition. Elle a déposé mercredi 23 janvier un projet de loi qui vise à définir l'avortement "comme une destruction de preuve dans les cas de pénétration sexuelle criminelle ou d'inceste". Selon le projet de loi, "la destruction de preuve doit inclure le...

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…