Anticoagulants oraux directs : pas en première intention, dit l’Académie | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Anticoagulants oraux directs : pas en première intention, dit l’Académie

Dans un rapport qui vient d’être rendu public rédigé par Gilles Bouvenot, Jean-Paul Bounhoure, Jean-Louis Montastruc, André Vacheron, l’Académie nationale de médecine considère que les anticoagulants oraux directs (AOD), non AVK, apparus en 2008 sur le marché, représentent "une alternative aux AVK", mais doivent être réservés à des indications de deuxième intention. Les AOD sont actuellement au nombre de 3 sur le marché français : le dabigatran (antithrombine direct), le rivaroxaban (anti Xa) et l’apixaban (anti Xa). Ils ont l’avantage, par rapport aux AVK, de ne pas entrainer d’intéraction avec...

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…