Plus d'un tiers des Français persuadés que le Gouvernement cache la nocivité des vaccins | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Plus d'un tiers des Français persuadés que le Gouvernement cache la nocivité des vaccins

Une étude de la Fondation Jean Jaurès en partenariat avec Conspiracy Watch s’est penchée sur la flambée du complotisme en ces temps de pandémie. Il en ressort que 33 % des Français pensent que le ministère de la Santé est de mèche avec l'industrie pharmaceutique pour cacher la nocivité des vaccins. 

 

En temps de pandémie, il est peu étonnant que ce soit avant tout sur le secteur pharmaceutique en général, et les vaccins en particulier, que les théories complotistes se focalisent. Une étude de la Fondation Jean-Jaurès et de Conspiracy Watch réalisée par l’Ifop entre le 16 et le 19  mars dernier sur un échantillon de 1007 personnes majeures vient apporter un nouvel éclairage sur ce phénomène. "A l’heure du coronavirus et du confinement, tous les ingrédients sont réunis pour accélérer la propagation de rumeurs toujours plus folles et en accroître la crédibilité auprès d’un public inquiet, peinant à donner sens à des événements que nous aurions jusqu’à il y a peu jugés proprement impensables et impossibles", analyse Chloé Morin, experte associée à la Fondation Jean-Jaurès. 

Selon un précédent sondage Ifop en date du 15 avril dernier, 75 % des Français – et jusqu’à 90 % des sympathisants du Rassemblement national (RN) ou de La France insoumise (LFI) – jugeaient que "le Gouvernement a caché certaines informations" sur le coronavirus.  

L'étude de la Fondation Jean Jaurès a testé plusieurs affirmations complotistes auprès des Français. Ainsi, plus de la moitié des Français interrogés avait déjà entendu parler de l'affirmation selon laquelle "le ministère de la Santé est de mèche avec l'industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins".

 

La Fondation Jean Jaurès note toutefois que la proportion de Français déclarant avoir déjà entendu parler de ce "complot" orchestré par le ministère de la Santé a décliné de manière significative au cours des dernières années – de 66 % en décembre 2017 à 52 % en mars 2020. 

Au-delà même de la notoriété des différentes théories complotistes, la Fondation a testé le degré d’adhésion de la population à certaines d’entre elles. Ainsi, 51 % pensent "qu’il est prouvé que certains adjuvants contenus dans les vaccins, comme l’aluminium, peuvent être dangereux". 33 % pensent que "le ministère de la Santé est de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins". 25 % pensent qu’il "existe un lien entre certaines maladies comme l’autisme ou la sclérose en plaques et la vaccination". 11 % sont d’accord avec l’idée que "les vaccins envoyés en Afrique contiennent des substances qui rendent les femmes infertiles afin de lutter contre l’augmentation de la population" et 8 % que "les vaccins contiennent parfois des bouts de reins ou de fœtus". 

Des proportions inquiétantes, qui interrogent sur notre rapport à la science et aux autorités sanitaires.  

6 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…