Variants du Sars-CoV-2 : deux clusters à risque détectés en France | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Variants du Sars-CoV-2 : deux clusters à risque détectés en France

Alors qu’une vingtaine de cas de contamination par le variant britannique ont été signalés en France, le ministre de la Santé a annoncé jeudi 7 janvier la détection de deux “clusters à risque” de ce variant du Sars-CoV-2 en Bretagne et en Ile-de-France. Dans cette première région, l’ARS a cependant indiqué que la première contamination “ne correspond pas au variant britannique”.

 

Depuis l’annonce de ce nouveau variant britannique du Sars-CoV-2, plus contagieux, l’inquiétude monte au sein de la population et du corps médical. Hier, le ministre de la Santé a indiqué que 19 cas de ce type ont été détectés sur notre sol, “dont deux dans le cadre de clusters dits à risque, un en Ile-de-France et un en Bretagne”. Olivier Véran a cependant ajouté qu’il s’attendait à “en identifier davantage”.

En Bretagne d’abord, le premier cluster à risque se situe dans le pôle gériatrique de Chantepie, une commune proche de Rennes. Au total, 7 patients et 2 membres du personnel présentent une forme variante du virus, a indiqué le ministère qui précise que “les résultats définitifs sont attendus d'ici le début de la semaine prochaine”.

L’Agence régionale de santé, destinataire des résultats du séquençage transmis jeudi soir par l’Institut Pasteur, a toutefois déclaré que la première contamination, celle d'une professionnelle de santé, n’aurait pas de lien avec le variant anglais. “Les résultats indiquent formellement que cette souche ne correspond pas au variant britannique +VOC 202012/1+”, a indiqué l’agence.

Les analyses se poursuivent pour les autres malades qui ne présentent pas de complications, selon l’établissement gériatrique. “Les résultats du séquençage sont attendus d'ici le début de la semaine prochaine”, a précisé l’ARS. En attendant, “l'ensemble des résidents positifs porteurs d'une forme variante a été transféré dans un secteur dédié (zone réservée COVID)”, tandis que les professionnels contaminés sont isolés à domicile. Un nouveau dépistage massif se déroulera dans six jours.

L’autre cluster à risque a été identifié à Bagneux, en Ile-de-France, après qu’un  animateur scolaire travaillant dans deux établissements scolaires a été testée positif au variant anglais du Sars-CoV-2. Lors de l'enquête épidémiologique, aucun lien n’a cependant pu être établi avec le Royaume-Uni, ce qui inquiète les autorités sanitaires. D’autres cas de Covid ont été détectés au sein des personnels des établissements. Mais, précise-t-on, “l’infection par la variante n’est pas encore confirmée”.

Si cette personne n’a, selon le ministère de l’Education, pas eu de contact avec les élèves pendant les vacances de Noël, une vaste campagne de dépistage va être organisée pour les personnels volontaires des établissements ainsi que les parents d’élèves ainsi que leurs enfants par mesure de précaution et afin de briser les chaînes de contamination,

En parallèle, trois cas de contamination au variant sud-africain ont été identifiés en France. “Nous prenons la menace de ce variant anglais et la menace de ce variant sud-africain très au sérieux et nous prendrons toutes les mesures qui s’imposeront si ces variants s’avéraient diffusés sur le territoire national”, a prévu le ministre de la Santé.

Dans un communiqué publié ce vendredi, le laboratoire BioNTech a annoncé que son vaccin contre le Covid semblait efficace contre une "mutation clé" des variants britannique et sud-africain du coronavirus. Toutefois, les auteurs montre une limite de leur étude : celle-ci ne porte pas sur l'ensemble des mutations présentes sur ces variants.
 

[avec AFP]

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…