6ème année d’études, statut médical, intégration universitaire… La formation des sages-femmes évolue

17/01/2023 Par Marion Jort
Sages-femmes
A l’unanimité, ce lundi 16 janvier, les députés ont adopté une proposition de loi visant à faire évoluer la formation des sages-femmes afin de travailler sur l’attractivité de la profession.  

 

A la rentrée dernière, plus de 20% des places en deuxième année de sages-femmes étaient vacantes. "Ces places non pourvues s’inscrivent dans un contexte de pénurie de sages-femmes sur l’ensemble du territoire", rappelle l'Association nationale des étudiant(e)s sages-femmes (Anesf) dans un communiqué, inquiète pour l’attractivité de la profession, en berne.  

C’est pourquoi, une proposition de loi visant à faire évoluer leur formation était présentée lundi 16 janvier à l’Assemblée nationale. Votée à l’unanimité par les députés, elle prévoit plusieurs nouveautés "qui se révèlent être encourageantes pour le futur", félicite l’Anesf.  

Alors que la formation de maïeutique était jusque-là gérée par les régions, elle sera entièrement intégrée (d’ici 2027) au système universitaire. La loi prévoit aussi la mise en place d’un troisième cycle d’études et d’une sixième année. Cela aboutira donc, pour les étudiantes, à une thèse et au statut de docteur en maïeutique. Après une modification du texte au Sénat, cela concernera les sages-femmes débutant "la deuxième année du premier cycle à compter de la rentrée universitaire 2024". 

Parmi les grandes avancées prévues par cette loi, figurent entre autres la mise en place du statut de maître de stage universitaire et le financement et la gestion de la formation par l’État. Les sages-femmes qui possèdent un doctorat pourront également conjuguer la pratique clinique et une pratique d'enseignement et de recherche. Enfin, le texte prévoit une meilleure reconnaissance, en considérant leur activité comme une profession médicale à part entière et non plus "paramédicale". 

Vignette
Vignette

Etes-vous favorable à la création d'une consultation de soins infirmiers?

Dominique Le Meitour

Dominique Le Meitour

Non

Revaloriser les actes infirmiers seraient déjà la première reconnaissance pour la profession. Le glissement de tâches médicale à m... Lire plus

La sélection de la rédaction

Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17
"Ils ont une peur primaire de la psychiatrie" : pourquoi les étudiants en médecine délaissent cette spécialité
27/02/2024
28
Podcast
"C'est assez intense" : reportage dans un centre de formation des assistants médicaux
01/03/2024
9