"Depuis des mois nous travaillons sans pouvoir nous verser un Smic" : un infirmier libéral raconte le naufrage de son cabinet

06/02/2024
Témoignage
Charges en hausse, trop faible rémunération, absence de reconnaissance… À l'image de nombreuses professions de santé, les infirmières alertent depuis des années sur la dégradation de leurs conditions de travail. Éreinté, un infirmier libéral a décidé de quitter la profession. Avec ses associés, ils vont prochainement fermer leur cabinet. Un choix que cet infirmier explique sur le réseau social X.

 

  “Pincement au cœur ce soir.  Après avoir reçu mon caducée infirmier 2024, qui sera sans doute le dernier. En effet, aujourd’hui, c’était réunion avec les collègues, pour envisager la fermeture du cabinet. Après avoir fermé mon premier cabinet au mois d’août 2023, car il n’était plus viable, j’avais rejoint en septembre un cabinet qui recherchait un nouvel associé suite au départ d’une de leur collègue. Mais la problématique est la même : au fil des ans, nous travaillons plus, pour gagner moins… Actuellement, les charges deviennent insoutenables (en 2024, une hausse de 115% pour la prévoyance, de 44% pour l’électricité en deux ans…), surtout que nos honoraires n’ont pas été revalorisés depuis 2009 ! "Je ne peux plus cautionner ces conditions" Une obole de 25 centimes brut vient de nous être octroyée pour nos déplacements, qui passent de 2,50€ à 2,75€ brut. Quel professionnel se déplace pour intervenir à domicile en 2024 ? L’inflation cumulée depuis 2009 frôle les 37% selon l’OCDE. Notre perte de pouvoir d’achat est énorme. En s’amusant à calculer notre taux horaire, nous sommes depuis des mois entre 6€ et 9€ de l'heure. J’aime mon métier, j’aime soigner, j’aime mes patients, mais je ne peux plus cautionner ces conditions. Depuis des mois nous travaillons sans pouvoir nous verser un SMIC, avec un Bac+3 et des horaires de dingue. Est-ce que le gouvernement pense que nous sommes encore au temps où les infirmières étaient des nonnes, et que nous travaillons bénévolement ? Nous devons nous loger, nous nourrir, nous vêtir, nous chauffer, payer nos crédits, utiliser du carburant, assumer les études des enfants…

Nous nous étions habitués à être des travailleurs pauvres, mais là, travailler en étant dans la misère, ce n’est plus acceptable. Alors la décision est prise. Pas facile à prendre, à accepter de notre côté, et cela sera très difficile pour nos patients et leurs familles. Également difficile à comprendre pour les élus des communes où nous étions seuls à intervenir. Mais voilà, il nous faut aussi penser à nous et à nos proches. "J'ai baissé les bras" Cela fait trop longtemps que l’on alerte, que l’on tire la sonnette d’alarme, et que l’on se fait envoyer sur les roses par les politiques qui nous rétorquent que tout va bien. Je ne crois plus à une amélioration rapide. Moi j’ai baissé les bras, mais force et courage à ceux qui continuent la lutte. Je ne crois plus à un impact quelconque des manifs, des rencontres avec les élus, députés et sénateurs, des opérations escargots… Je me dis même que cette fermeture, ainsi que les autres qui se sont produites avant et celles qui vont arriver, sont peut-être finalement ce qu’il faut pour qu’enfin les gens se rendent compte de la situation et que cela fera peut-être évoluer les choses pour ceux qui restent et les prochains qui s’installeront. Espérons ! Pour nos anciens, et pour nous qui le seront un jour."

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

20 commentaires
Photo de profil de Georges Fichet
4,5 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 6 mois
Il y a 5 ans, en déplacement en métropole, j'avais dû appeler une infirmière libérale pour faire retirer de points après une blépharoplastie. Lorsque je lui ai demandé combien je lui devais, j'ai été ...Lire plus
Photo de profil de Dominique Souvestre
1,7 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 6 mois
Bizarre, bizarre, j'ai ouvert mon cabinet de médecin généraliste en avril 1984. Voici le nombre d'actes "PAR MOIS" cette même année 1984: 53 en avril, 58 en mai, 63 en juin, 42 en juillet, 45 en aout,...Lire plus
Photo de profil de Charles Hanlet
1,2 k points
Débatteur Passionné
Oto-rhino-laryngologie
il y a 6 mois
Il est grand temps de se rendre compte que le conventionnement était un piège socialiste pour tous les professionnels de santé. Mais il est devenu aussi "naturel" que l'air qu'on respire... Quand le s...Lire plus
 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17