PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Infections à mycoplasme : la HAS publie des recommandations de prise en charge

La Haute Autorité de santé a publié fin 2023, des recommandations – sous forme de Réponses rapides- concernant la conduite à tenir vis-à vis d’une infection respiratoire à Mycoplasma pneumoniae. Il s’agit de faire face à la recrudescence de cette infection constatée depuis plusieurs semaines et qui pourrait être due à la conjonction d’un cycle épidémique et de la baisse des mesures barrières suite à la pandémie de Covid.

"M. pneumoniae est, après le pneumocoque, la bactérie la plus fréquemment impliquée dans les pneumonies aiguës", rappelle la HAS. Elle est responsable de 30 à 50% de ces pneumonies chez les enfants. Mais elle affecte aussi les adultes, surtout de moins de 40 ans, avec des tableaux d’angine, de rhinopharyngite ou de bronchite.

Sur le plan clinique, les symptômes de cette infection apparaissent peu différenciant par rapport aux autres maladies hivernales. Le développement de la pneumonie est progressif ; les signes respiratoires sont discrets lors de l’examen clinique. Elle peut s’accompagner de signes extra-respiratoires, notamment dermatologiques ou neurologiques. Le diagnostic doit aussi être évoqué après échec dans les 48h à 72h d’une antibiothérapie par amoxicilline ou amoxicilline-acide clavulanique.

La HAS recommande d’effectuer une radiographie du thorax pour étayer le diagnostic et rechercher d’éventuelles complications. Il peut exister un décalage de 72 heures entre le début des symptômes et les signes radiologiques.

Concernant la prise en charge, une antibiothérapie probabiliste est indiquée en cas de suspicion de pneumonie à M. pneumoniae, "et ce, sans attendre la radiographie thoracique". La HAS préconise l’azithromycine ou la clarithromycine en 1ère intention, "avec peu de souches résistantes actuellement en France". Une réévaluation dans les 48-72 heures est nécessaire. Les critères d’hospitalisation sont les mêmes que pour toute pneumonie aiguë communautaire. L’évolution est favorable dans la majorité des cas, même si la toux peut persister 3 à 4 semaines.

Lors de la dernière semaine de 2023, les indicateurs des infections respiratoires aiguës étaient en hausse en médecine de ville et à l’hôpital tous âges confondus, selon le dernier bulletin de Santé publique France(SPF) publié le 3 janvier 2024.

 

 

9 commentaires
1 débatteur en ligne1 en ligne
Photo de profil de Michael Finaud
2,4 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 2 mois
Avant le printemps 2020, en gériatrie devant un tableau de pneumopathie sans foyer même d'allure virale les recos nationales et internationales c'était d'utiliser l'azithromycine comme antibiothérapie...Lire plus
Photo de profil de Jacques Ritter
1,3 k points
Débatteur Passionné
Biologie médicale
il y a 2 mois
L'immense majorité des infections à Mp guérissent spontanément. Les preuves du bénéfice de l'antibiothérapie pour les enfants non hospitalisés présentant une infection respiratoire basse attribuable à...Lire plus
Photo de profil de Michel Zorgniotti
145 points
Etudiant en Médecine Humaine
il y a 2 mois
C’est bien ils parlent aussi des angines comme quoi il n’y a pas que des angines à strepto et une reflexion de médecin sur les angines ça ne mange peut être pas de pain… entre les lésions cancéreuses,...Lire plus
9 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Etes-vous favorable à l'exonération fiscale des médecins libéraux qui poursuivent leur activité après avoir atteint l'âge légal de départ à la retraite?

Stanley Carroll

Stanley Carroll

Oui

Les médecins retraités ont déjà cotisé pendant tout leur exercice URSSAF comme CARMF et ce 'est pas le petit bonus de 0,4% pa... Lire plus

Aujourd'hui dans l'actu

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…