Cannabis thérapeutique : l’Académie de pharmacie déplore le manque de rigueur scientifique de l’expérimentation en cours

27/11/2020 Par Marielle Ammouche
Algologie
L'expérimentation, qui doit servir d'essai clinique grandeur nature pour évaluer l'utilité et l'efficacité de l'usage médical du cannabis, doit commencer au plus tard le 31 mars prochain pour une durée de deux ans et concernera 3.000 patients.
 

Dans un communiqué du 24 novembre, l’institution pointe en premier lieu l’instauration d’une procédure dérogatoire pour l’obtention de l’AMM « qui contrevient sans raison aux exigences réglementaires, sécuritaires et éthiques ». Si « certaines spécialités pharmaceutiques à base de tétrahydrocannabinol (THC) et/ou de cannabidiol (CBD), voire de cannabinoïdes, peuvent présenter un intérêt médical dans des indications thérapeutiques précises", cela doit être validé « par des essais cliniques randomisés » et « prendre en compte le service médical rendu" évalué par la Haute Autorité de santé (HAS), plaide-t-elle. Autre réserve pour les académiciens : « La plante Cannabis sativa L. et ses extraits utilisés pour l’expérimentation ne sont pas des produits purs, mais des mélanges de plus de deux cents substances, dont les quantités et les proportions varient en fonction des modalités de culture, de récolte et de conservation. En l’absence de concentrations cibles de leurs principaux principes actifs THC et CBD, ces mélanges végétaux ne peuvent en aucun cas garantir la qualité et la sécurité exigées pour un médicament ». L’institution qualifie ainsi l’utilisation de la plante entière dans l’expérimentation comme un « manque de rigueur scientifique ».

Enfin, l’Académie questionne l’analyse des informations recueillies par les médecins prescripteurs et les pharmaciens dans un registre national de suivi de l'expérimentation et recommande que « les centres régionaux de pharmacovigilance et d’addictovigilance soient associés à la fois à la collecte d’informations et à l’évaluation précise des risques éventuels ».  

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Valérie Briole

Valérie Briole

Non

Comment les patients qui cotisent à la sécurité sociale et à leur mutuelle de façon obligatoire, vont accepter de ne percevoir en ... Lire plus

0 commentaire
11 débatteurs en ligne11 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17