Quand l'Assurance maladie balance aux employeurs les motifs d'arrêts de travail

25/01/2018 Par Aveline Marques
Assurance maladie / Mutuelles

Dans le cadre d'une expérimentation lancée fin 2017, l'Assurance maladie va renseigner les entreprises connues pour leur fort taux d'absentéisme sur les raisons pour lesquelles ses salariés sont arrêtés.

Cible : les entreprises dont le taux d'absentéisme est quatre fois plus important que les sociétés de la région appartenant au même secteur d'activité. Objectif de cette expérimentation : provoquer une "prise de conscience" sur les conditions de travail, souvent corrélées à la durée des arrêts.   Secret médical ?   Pour y parvenir, l'Assurance maladie emploiera deux stratégies : indiquer le coût direct (valeur des salaires versés) et indirect (jusqu'à 4 fois supérieur) des absences et renseigner sur les motifs d'arrêts de travail des salariés. "En cas de contrôle de l'assuré, le motif de l'arrêt est codifié, nous disposons donc de l'information, expose dans L'Express Laurent Bailly, responsable du département des services aux assurés. En l'absence de contrôle, nous parvenons à reconstituer la pathologie à partir des consultations et des remboursements de médicaments. Par exemple, si le salarié a vu un psychiatre et pris des antidépresseurs, on peut en conclure qu'il a été arrêté pour dépression. Ce sont des algorithmes qui font le travail. Ils ont été développés à l'origine par le service du contrôle médical, pour essayer de mieux prévoir les contrôles en fonction des pathologies." Quid du secret médical ? interpellent les médecins sur les réseaux sociaux.  

 

  D'abord, précise Laurent Bailly, seuls les arrêts pour troubles musculo-squelettiques (TMS), lombalgies et risques psychosociaux (RPS) seront renseignés. "Les petits arrêts courants (virus, poignet foulé, etc.), ainsi que les affections de longue durée" sont laissés de côté. "Toutes les données sont analysées avec les médecins conseils et les Carsat (caisses retraite et santé au travail), et on s'assure qu'il n'est pas possible, même de manière indirecte, de tracer les personnes", affirme Laurent Bailly. C'est pour cette raison que l'expérimentation ne concernera que des entreprises de plus de 200 salariés. "Dans les plus petites sociétés, l'employeur pourrait trop facilement établir un lien évident avec tel ou tel collaborateur", reconnaît le responsable, qui précise que les partenaires sociaux ont "donné le feu vert pour cette expérimentation, convaincus par les garanties de secret médical que nous leur avons apportées".   Taux d'absentéisme supérieur à 20%   Les directeurs de CPAM se déplaceront en personne dans les entreprises. Une quarantaine de sociétés seront visitées en 2018. A terme, l'expérimentation concerna 200 entreprises par an. "Pour l'instant, cinq entreprises ont été visitées, à Amiens, Bourg en Bresse, Marseille, Grenoble et l'une sur la Côte d'opale. Elles relèvent du secteur de l'aide à la personne, du conseil, du gardiennage et de la sécurité" et se démarquent toute par leur taux d'absentéisme supérieur à 20%. "Dans deux entretiens sur quatre, le dirigeant nous a dit que la durée des arrêts de travail était aussi notre problème, rapporte Laurent Bailly. Mais du coup, on s'est dit que, la prochaine fois, avant de démarcher l'entreprise, on contrôlerait ses salariés en arrêt au préalable, pour que l'argument ne puisse pas nous être opposé." [avec lentreprise.lexpress.fr]

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Valérie Briole

Valérie Briole

Non

Comment les patients qui cotisent à la sécurité sociale et à leur mutuelle de façon obligatoire, vont accepter de ne percevoir en ... Lire plus

0 commentaire
31 débatteurs en ligne31 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17