L'Ordre des médecins s'oppose à la suppression de la clause de conscience IVG | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

L'Ordre des médecins s'oppose à la suppression de la clause de conscience IVG

Pour l'instance, cette mesure, ainsi que l'allongement du délai légal de recours à l'IVG, ne résoudront pas les problèmes d'accès à l'IVG.
 

La proposition de loi visant à renforcer le droit à l'avortement, adoptée jeudi dernier par l'Assemblée nationale, supprime la clause de conscience spécifique à l'IVG instaurée par la loi Veil en 1975, porte à 14 semaines de grossesse le délai légal de recours à l'IVG et autorise les sages-femmes à pratiquer des IVG chirurgicales.

Mais, pour l'Ordre, les deux premières mesures "ne permettront pas de répondre aux difficultés qui peuvent, aujourd'hui encore, se poser à nos concitoyennes souhaitant avoir recours à une IVG". Dans un communiqué diffusé samedi 10 octobre, le Cnom fustige le Gouvernement "qui ne s'est pas clairement prononcé contre cette proposition de loi", se bornant à saisir pour avis le Conseil consultatif national d'éthique (CCNE). Il reproche à l'exécutif son "impréparation" sur cette question, pourtant soulevée de longue date.

Jeudi, à la tribune, le ministre de la Santé Olivier Véran, qui a fait valoir "une position de sagesse", a toutefois mis en garde les députés sur les effets pervers de ces dispositions, qui peuvent conduire au retrait d'un certain nombre de gynécologues et augmenter encore les difficultés d'accès à l'IVG.

Pour l'Ordre, seul un investissement important de l'Etat "dans la stratégie de prise en charge" et la mise à disposition de matériels et de professionnels "permettront l'accès sans entrave à l'IVG".

Dans un communiqué diffusé ce lundi matin, le Syndicat national des jeunes médecins généralistes a vivement réagi à la position de l'Ordre, qu'il qualifie de "réactionnaire".

 

14 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…