"Je préfère être pris pour un paria que pour un assassin" : un généraliste convoqué par l’Ordre se livre

08/07/2020 Par Louise Claereboudt
Bonnes feuilles

Médecin généraliste à Créhange (Moselle), le Dr Jean-Jacques Erbstein a reçu il y a plus d'un mois une convocation par l’Ordre après avoir communiqué sur son traitement à l’azithromycine face au Covid. Dénonçant l’inaction des pouvoirs publics et des autorités sanitaires lors de l’épidémie de coronavirus, il publie un pamphlet intitulé Je ne pouvais pas les laisser mourir dans lequel il livre une vision alarmiste de la médecine en France... Entre atteintes à la liberté de prescription et disparition de la confraternité hippocratique.   Contacté fin mai, le Dr Jean-Jacques Erbstein nous racontait s’être fait “assassiner” par plusieurs confrères après avoir publié dans un journal local les résultats de son traitement à l’azithromycine dans la lutte contre le Covid-19. Très actif sur les réseaux sociaux, il avait alors reçu un “déferlement d’insultes”. Un jeune médecin lui avait par exemple envoyé le code de Nuremberg sur les expérimentations humaines. Début juin, après plusieurs réprimandes orales et écrites de l’Ordre des médecins et de l’ANSM, le généraliste a finalement reçu une convocation pour s’expliquer sur son dit “protocole”, au même titre que plusieurs autres confrères. L’instance ordinale avait en effet prévenu quelques semaines plus tôt dans un communiqué qu’elle avait saisi les conseils départementaux pour recueillir les explications des médecins ayant réalisé des “protocoles illégaux”.

Alors que l’épidémie marque le pas en France, le praticien publie un pamphlet intitulé Je ne pouvais pas les laisser mourir aux éditions JDH. Dans ce récit, il raconte comment il est passé de “bon petit soldat”, “appliquant à la lettre les directives de cette lourde bureaucratie sanitaire ne connaissant absolument rien à la médecine humaine”, à “renégat” après avoir perdu une dizaine de patients, probablement des suites du Covid. Il dénonce dans cet ouvrage l’inaction des autorités sanitaires, brandissant leur dialectique “Paracétamol, domicile, dodo”, les mensonges de l’Etat au sujet des masques notamment, mais aussi le rôle du conseil de l’Ordre des médecins, “censé défendre les médecins” mais les punissant. Extraits. “Je ne pouvais pas les laisser mourir ! Le cri d’un généraliste en guerre” de Jean-Jacques Erbstein.
JDH éditions, collection Uppercut.
55 pages, 7,95 €
       

...

...

...

 

 

 

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Avocat  Du Diable

Avocat Du Diable

Non

Même si cette augmentation est justifiée , sur le plan fiscal c'est un massacre = pas d'abattement sur les charges sociales . Vous... Lire plus

0 commentaire
11 débatteurs en ligne11 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17