"Un médecin, ça ne dort pas" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Un médecin, ça ne dort pas"

Enchainer les gardes de 24 heures, travailler 48 heures d'affilée, laisser un interne gérer seul les urgences la nuit... Dans un billet de blog, l'Externe, devenue interne, dénonce ces situations tristement banales qui mettent en danger la vie des patients. Le manque de moyens n'est pas seul en cause. La blogueuse pointe aussi ces "traditions médicales" qui alimentent le mythe du médecin "martyr".

 

Billet publié initialement sur le blog L'Externe, que nous remercions pour ce partage

 

 

"Un médecin ça ne dort pas, c’est bien connu. Ça bosse jour et nuit sans relâche, un véritable ange-gardien qui vous protège pendant que vous ronflez paisiblement. Ah c’est beau.

Il y a définitivement une connotation positive dans ce médecin qui ne dort jamais, ne se repose pas, sorte de martyr de votre santé. Lorsque je me plains de mes plannings à rallonge à des amis, ils semblent trouver cela drôle: « Ah oui, vous travaillez quarante huit heures de suite, ha ha! » (ça ne me fait pas rire). Ce qui leur permet de penser que c’est amusant, c’est que de nombreux médecins s’en vantent et clament partout leurs horaires sans sommeil avec fierté. Ça donne un air de docteur plutôt « badass ». Hé, c’est pas ton petit fonctionnaire de La Poste là, c’est le médecin GI Joe qui travaille 48 heures de suite sans dormir pour sauver la veuve et l’orphelin, il n’est plus un humain comme les autres, c’est un surhomme, un guerrier!

 

"On doit admirer ce professeur qui vient nous faire cours alors qu’il sort de 24 heures de garde"

Ce mythe nous est inculqué très tôt dans les études. On doit admirer ce professeur qui vient nous faire cours alors qu’il sort de 24 heures de garde. C’est juste admirable, incroyable, quel dévouement (d’ailleurs son cours durera 10 minutes car il est crevé). Regardez-le, il est encore en tenue de bloc opératoire, wahou (mais au fait… c’est dégoûtant?). Puis lorsque nous arrivons à l’internat, il faut bien les faire, ces gardes enchaînées. Pas le choix. Les plannings sont faits et ces plannings ont prévu de nous tenir éveillés 24 heures d’affilée, puis de nous faire recommencer ça 24 heures plus tard et encore 24 heures plus tard, etc. C’est comme ça! Tout le monde est passé par là! Une fois en poste, le nombre d’heures diminue et le nombre de jours de congés augmente, mais là vous êtes internes, donc il faut enchaîner les heures. Quelle est cette absurdité? Les médecins en formation doivent faire plus d’heures que les médecins en poste, quelle est la logique? La logique est cohérente avec celle qui guide toute cette formation: il s’agit encore et toujours de franchir des obstacles pour arriver à une position plus privilégiée (et pas tellement d’apprendre quoi que ce soit). Le nombre d’heures imposées dans certains stages d’internat n’est simplement pas tenable humainement. Difficile de le tenir six mois, il serait impossible à tenir pendant dix ans. Une fois en poste, il est entendu que vous n’en ferez pas autant (donc il faudra que d’autres bouchent les trous).

Autre carotte qui vous suit durant l’internat: vous êtes mal payés mais ensuite vous serez très bien payés, mieux que tout l’hôpital même! Mais l’hôpital a du mal à recruter… soit il y a trop d’heures (que l’on sait intenables), soit il paye trop peu par rapport à ce que le médecin pourrait avoir dans le privé (Eh c’est la loi de l’offre et de la demande! Dit-il, en regardant les nouvelles montres de sport à la mode). Alors on fait avec des bouts de ficelle, on négocie. Plutôt que de mettre une médecin de garde, on la met en astreinte (chez elle, mais joignable et qui peut se déplacer). Quant au radiologue, on a négocié...

33 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…