Diabète secondaire à une pancréatite chronique : la fonction des cellules α des ilots de Langerhans est défectueuse | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Diabète secondaire à une pancréatite chronique : la fonction des cellules α des ilots de Langerhans est défectueuse

Le diabète complique souvent les pancréatites chroniques à un stade avancé de la maladie, au moment où apparaissent une atrophie pancréatique et une fibrose. Les patients diabétiques par pancréatite chronique ont souvent un déficit en insuline alors que l’insulinorésistance semble moins importante que dans le diabète de type 2, ce d’autant que l’obésité est bien moins fréquente. Si l’étiologie du diabète chez les patients ayant une pancréatite chronique implique une perte des cellules β secondaire à une destruction d’origine inflammatoire, la réduction de la masse cellulaire α semble moins prononcée.

Afin d’examiner les altérations de la réponse du glucagon à l’hypoglycémie et à l’administration orale de glucose chez les diabétiques ayant une pancréatite chronique, 10 patients, avec pancréatite chronique et diabète, ont été comparés à 13 patients diabétiques de type 2 et à 10 sujets témoins en bonne santé.

Les glycémies au cours de l’HGPO étaient supérieures chez les patients diabétiques secondaires à une pancréatite chronique et inférieures à celles des diabétiques de type 2 chez les sujets témoins. Les concentrations d’insuline et de peptide C étaient réduites et la suppression induite par le glucose de la sécrétion de glucagon était altérée aussi bien chez les diabétiques de type 2 que chez les diabétiques par pancréatite chronique (p < 0.0001 en comparaison des sujets témoins). Au cours de l’hypoglycémie, les concentrations de glucagon étaient réduites chez les patients ayant une pancréatite chronique et chez les patients ayant un diabète de type 2 (p < 0.05 en comparaison des témoins). Cependant, l’augmentation du glucagon au cours d’un clamp hypoglycémique était inversement corrélée à la suppression du glucagon induite par le glucose et positivement corrélée à la fonction β cellulaire. Les réponses de l’hormone de croissance à l’hypoglycémie étaient inférieures chez les patients diabétiques de type 2 en comparaison des témoins (p = 0.0002) mais ne l’étaient pas chez les patients ayant un diabète secondaire à une pancréatite chronique.

En conclusion, la réponse des cellules α à l’ingestion de glucose par voie orale et à l’hypoglycémie est perturbée chez les patients ayant un diabète secondaire à une pancréatite chronique et chez les patients ayant un diabète de type 2. En pratique clinique, les patients diabétiques par pancréatite chronique ont souvent une fréquence élevée d’hypoglycémie lorsqu’ils sont traités par insuline ou sulfamides hypoglycémiants. Si l’on en croit les résultats de cette étude, cela pourrait être partiellement dû à une incapacité des cellules α à répondre à la baisse progressive de la glycémie. Dans la mesure où la réduction de la masse des cellules α seule ne peut expliquer ce phénomène, il est probable que la prévalence élevée des hypoglycémies chez ces patients est aussi liée à d’autres facteurs comme un poids corporel inférieur, en particulier à celui des patients diabétiques de type 2. Une autre explication pourrait être que la dysfonction des cellules α soit liée à l’altération de la fonction cellulaire β du fait d’une atteinte de la régulation de la sécrétion d’insuline intra-îlot. L’altération de la sécrétion de glucagon en réponse à une hypoglycémie doit être gardée à l’esprit lorsque l’on traite des patients diabétiques post-pancréatite chronique par des insulino-secréteurs ou une insulinothérapie.

Sources : 

Mumme L. et al. Defects in a-cell function in patients with diabetes due to chronic pancreatitis compared with patients with type 2 diabetes and healthy individuals. Diabetes Care 2017 ; 40 : 2314-2322.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28751547

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…