Cabines de bronzage : nouveau scandale sanitaire ? | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Cabines de bronzage : nouveau scandale sanitaire ?

La dangerosité de l’exposition aux rayonnements UV émis par les cabines de bronzage ne date pas d’hier. Mais l’examen de nouvelles données confirmant le risque avéré de cancer cutané, a fait que l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a décidé de taper du poing sur la table pour faire interdire ces cabines de bronzage à visée esthétique, réaffirmant que le durcissement de la réglementation ne suffit pas.

Devant la multiplication des appareils de bronzage artificiel ces dernières années, le ministère de la santé a sollicité l’Anses pour réaliser une mise à jour des connaissances scientifiques sur les effets sur la santé des rayons ultraviolets délivrés par ces appareils. Les experts rappellent d’abord que les rayonnements émis sont de forte intensité, "équivalant à l’exposition à un soleil tropical", soit un indice UV maximum de 12, une valeur particulièrement élevée étant donné que les indices UV relevés en France sont au maximum de l’ordre de 8 ou 9. En outre, les doses reçues lors des séances de bronzage artificiel se cumulent à celles reçues naturellement. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, le bronzage artificiel ne prépare pas la peau aux rayons du soleil car la coloration provoquée par l’exposition aux UV artificiels suit un mécanisme différent de celui du bronzage naturel. Au contraire, les personnes peuvent, à tort, se croire protégées, et s’exposer ensuite d’autant plus.

L’effet cancérogène est connu depuis longtemps et même reconnu par les autorités sanitaires internationales : ainsi en 2012, le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) a classé les l’exposition aux rayonnements UV solaire et aux lampes émettrices d’UV artificiels comme "cancérogènes certains" pour l’Homme. Les UV agissent en provoquant des dommages de l’ADN qui augmentent le risque de tumoral. Et, même si on a longtemps pensé que les UVA étaient inoffensifs, en tout cas beaucoup moins dangereux que les UVB, il est maintenant bien établi que les lésions induites sont de même ordre. Or les doses d’UVA émises par les cabines sont beaucoup plus importantes que celles des rayonnements solaires.

 

Un effet lié à l’âge

 

Les auteurs de l’avis de l’Anses soulignent qu’il n’existe aucune valeur limite d’irradiance ou de dose qui pourrait être fixée pour protéger les utilisateurs. Le risque est majeur en particulier pour les jeunes. En 2014 déjà, l’Anses avait...

6 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…