Le bisphénol B, aussi perturbateur endocrinien que le A

25/10/2019 Par Marielle Ammouche
Endocrinologie-Métabolisme
Selon une étude de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), le bisphénol B qui devait constituer une alternative au Bisphénol (BP) A, aurait une action endocrinienne similaire à ce dernier. En conséquence, les autorités françaises souhaitent faire classer cette substance comme perturbateur endocrinien dans le cadre de la réglementation Reach, dans le but d’éviter sa fabrication et son utilisation comme substituant au Bisphénol A ou S.

En effet, selon l’Anses, les analyses effectuées "mettent en évidence la capacité du BPB à interférer avec la voie de signalisation des œstrogènes, à réduire la production de testostérone, à altérer la stéroïdogenèse, à modifier la spermatogénèse chez les rats et les poissons-zèbres, ainsi que la reproduction des poissons. Cette activité oestrogénique ainsi que l'inhibition de la production de testostérone sont cohérentes avec l'activité endocrinienne du BPA". Or, si le BPB n’est pas répertorié pour le moment dans le règlement Reach, il est autorisé, notamment aux Etats-Unis, comme alternative au BPA et au BPS en tant qu'additif indirect pour certains revêtements et polymères en contact avec les aliments. Et certaines enquêtes l’ont identifié en Europe dans des échantillons biologiques. C’est pourquoi Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire et Agnès Buzyn, ministre de la Santé, ont décidé d’engager les procédures permettant de reconnaître cette substance comme perturbateur endocrinien. La procédure nécessaire a été initiée au niveau européen : "Elle permettra d’éviter l’utilisation du bisphénol B comme produit de substitutions à d’autres bisphénols, et imposera la mention de sa présence pour les produits qui en contiennent", précisent les ministères dans un communiqué.

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Avocat  Du Diable

Avocat Du Diable

Non

Même si cette augmentation est justifiée , sur le plan fiscal c'est un massacre = pas d'abattement sur les charges sociales . Vous... Lire plus

0 commentaire





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17