Rivotril : Martine Wonner accuse les soignants de "crime contre l'Humanité"

01/06/2021 Par A.M.
La vidéo circule sur les réseaux sociaux et indigne un grand nombre de soignants. Lors d'un rassemblement à Marseille le 22 mai, la députée et psychiatre Martine Wonner a accusé le Gouvernement et les soignants d'avoir assassiné les personnes âgées au rivotril. L'UFML dénonce des "propos inexcusables". 

Nouveau dérapage pour Martine Wonner. La députée du Bas-Rhin, ex-LREM, et membre fondatrice du collectif Laissons les prescrire, intervenait le 22 mai à Marseille au rassemblement "Ensemble pour nos libertés" qui s'oppose entre autres à l'adoption du pass sanitaire. L'élue, connue pour sa défense de l'hydroxychloroquine, son opposition au port du masque en extérieur et à la campagne de vaccination, est revenue sur la gestion de la crise sanitaire par le Gouvernement lors de la première vague. "Toutes ces personnes âgées qui ont été achevées, assassinées, seules, avec le rivotril, a-t-elle notamment dénoncé sur l'estrade, face à plusieurs centaines de participants non masqués. Et ceci est totalement impardonnable, et ceci s'appelle un crime contre l'Humanité", a-t-elle lancé. Alors que la foule scandait "assassins", la députée, qui portait son écharpe tricolore, a renchéri : "Ils seront jugés, l'Histoire a toujours su juger ses assassins."

Des déclarations qui ne passent pas auprès des blouses blanches. Diffusé sur les réseaux sociaux, l'extrait vidéo a suscité de nombreuses indignations. Le Dr Jérôme Marty, président du syndicat UFML, a dénoncé des "propos totalement inexcusables" à l'égard des soignants en Ehpad qui ont "prodigué des soins palliatifs" "aux personnes âgées en fin de vie" avec du rivotril alors que le midazolam était indisponible en ville.  

Et le syndicaliste d'interpeller les ministres de la Santé et de la Justice ainsi que le président du Cnom pour réclamer des "actes" face à ces "fous dangereux" avant qu'un drame ne survienne : "Nous ne pouvons plus subir ces mots dégradants de la part de personnes qui sont à la fois médecins et qui bafouent leur code de déontologie et élus de la République (…) Nous ne pouvons plus accepter que l'on traine dans la boue des gens qui étaient laissés seuls face à la maladie et qui ont fait de leur mieux, qui ont bien fait et qui ont accompagné dignement et humainement les personnes âgées." 

Vignette
Vignette
0 commentaire
7 débatteurs en ligne7 en ligne





La sélection de la rédaction

Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17
"Ils ont une peur primaire de la psychiatrie" : pourquoi les étudiants en médecine délaissent cette spécialité
27/02/2024
28
Podcast
"C'est assez intense" : reportage dans un centre de formation des assistants médicaux
01/03/2024
9